Lieux communs, actes de presence

par HERVE ROELANTS

Thèse de doctorat en Art et archéologie

Sous la direction de Claude Gagean.

Soutenue en 1997

à Strasbourg 2 .


  • Résumé

    Ce travail theorique et plastique se fonde sur trois postulats : le tableau est la figure emblematique de l'art ; il a perdu sa viabilite et sa credibilite ; tout dispositif plastique est aussi une forme ideologique. Par consequent : aucune oeuvre d'art ne peut echapper a son contexte, ce qui remet en question le principe de son autonomie ; l'oeuvre d'art participe d'un dispositif plastique et apparait dans l'espace public (lieu commun), elle est donc politique : son dispositif est une structure ideologique. Le cadre d'un tableau est une construction politique derealisante. Il se retrouve dansla theatralisation des oeuvres par le musee, et dans la notion d'art comme categorie autonome. Son principe nie le monde et neutralise ce que l'oeuvre a de subversif en l'enfermant dans la categorie. Une succession de cadres garantit l'entropie de la culture comme un systeme auto-referenciel. Agir dans la materialite du monde implique une transgression et la construction d'un autre dispositif. Il faudrait donc risquer la disparition de l'oeuvre. Une oeuvre fragile, ephemere, ou specifique a un site n'est pertinente que dans un contexte particulier, mais elle s'investit d'une force critique vis a vis de ce contexte. L'autonomie de l'artiste et celle de l'oeuvre sont inversement proportionnelles : si l'oeuvre est autonome, elle est neutralisee. Sinon, l'artiste agit dans l'espace-temps materiel et public. Il est responsable de ses dispositifs, ce qui suppose une ethique. Toute pratique plastique fait face a la tentation d'abandonner la sphere compromise de l'art, et intervient dans la culture, ou se negocient les valeurs de nos societes. Ephemeres et fragiles, des oeuvres critiques peuvent induire une subversion des categories culturelles qui fixent le temps et l'espace. "lieux communs, actes de presence" plaide pour un doute, sur la frange de la disparition.


  • Résumé

    This theoretical and practical work is based on three postulates : the picture is the emblematic figure of art ; it has lost its viability and its credibility ; any plastic assemblage is also an ideological form. Therefore : no work of art can escape to its context, the principle of its autonomy is questionned ; the work of art takes part in a plastic assemblage and appears in public space (common ground), hence it is political : its set-up is an ideological structure. The frame of a picture is a political construction against reality. It is also found in the theatricality of works of art in museums, and in the notion of art as an autonomous category. Its principle negates the world and neutralises any subversion the work may produce, by locking it into the category. A succession of frames guarantees the entropy of culture as an auto-referring system. To act in the materiality of the world implies a transgression and the building of an other assemblage. One would then risk the disappearance of the work of art. A fragile, ephemeral or site-specific work is only relevant in a precise context, but it may then gain a critical power with regard to that context. The autonomy of the artist and that of the work of art are inversely proportional : if the work is autonomous, it is neutralised. Otherwise, the artist acts in the public and material time and space. He is responsible for his assemblages. An ethic becomes necessary. Every plastic activity faces the temptation of abandoning the compromised art world, and intervenes in culture, where our society's values are negociated. Ephemeral and fragile, critical works can bring a subversion into cultural categories fixing time and space. "common grounds, acts of presence" defends a doubt, on the fringe of disappearance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol., 370 p.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 143 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg.
  • Disponible pour le PEB

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Institut national d'histoire de l'art. Collections Jacques Doucet (Paris). Bibliothèque.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : MFiche 223/2117
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.