Synthese et reactivite de complexes organometalliques silyles et stannyles du fer

par CHANTAL CHARLES

Thèse de doctorat en Chimie

Sous la direction de Pierre Braunstein.

Soutenue en 1997

à Strasbourg 1 .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    Depuis plusieurs annees, un regain d'attention est porte aux complexes organometalliques possedant un groupement stannyle. Ces derniers ont souvent montre des proprietes catalytiques interessantes. Ainsi, il a ete trouve au laboratoire que des complexes fe-pd-sn a pont #2-#2-siopd catalysaient le couplage deshydrogenant de stannanes tertiaires. Dans le but d'elargir l'etude de formation des complexes heterometalliques ayant un ligand silyle, nous avons tente de synthetiser des complexes avec les elements des groupes principaux et plus particulierement avec l'etain. Cependant, nous avons montre que la formation de composes si-fe-sn dependait de plusieurs facteurs : du derive d'etain (vi) employe lors de la synthese, du ligand assembleur phosphore permettant de stabiliser le systeme fe-si-om et la nature du ligand silyle utilise initialement. Nous avons alors etudie les differents produits obtenus a partir d'un meme complexe de depart en faisant varier le derive d'etain, notamment la nature et le nombre de ces groupes partants. En effet, lors de l'attaque nucleophile de l'anion de fer fe(co)#3(sir#3)(p#y)k sur les derives snr#2x#2 ou snr#3x, de nombreux et differents complexes sont synthetises en fonction de la nature du ligand assembleur p#y et du groupe partant x. Les ligands assembleurs que nous avons employes sont le dppm (ph#2pch#2pph#2), le phosphinopyridine (ph#2ppy), le diphenylphosphinocetone (ph#2pch#2c(o)ph) et le diphenylphosphinoamide (ph#2pch#2c(o)nph#2). Au cours de cette etude, nous avons caracterise des composes tri- ou tetranucleaires ou le ligand dppm ne joue pas son role assembleur. Ces complexes ainsi crees peuvent alors se comporter comme des metallophosphines. En effet, le phosphore libre restant peut etre utilise pour coordiner d'autres centres metalliques. On forme ainsi des complexes a plus haute nuclearite sans creer de nouvelles liaisons metal-metal.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 257 P.
  • Annexes : 21 REF.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Strasbourg. Service des bibliothèques. Bibliothèque L'Alinéa.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : Th.Strbg.Sc.1997;2799
  • Bibliothèque : Université de Strasbourg. Service des bibliothèques. Bibliothèque L'Alinéa.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : H 503.000,1997
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.