Aux origines de la celtomanie : les mythes fondateurs de la Bretagne

par Joseph Rio

Thèse de doctorat en Études régionales. Etudes celtiques

Sous la direction de Yann-Ber Piriou.

Soutenue en 1997

à Rennes 2 .


  • Résumé

    Cette thèse étudie les oeuvres et le contexte politico-culturel qui ont produit, en Bretagne, du IXe au XIXe siècle, la trojanomanie et la celtomanie. Ces mouvements d'idées expriment la quête des bretons de leurs origines. Vers les IXe - Xe siècles, deux légendes fondatrices apparurent : l'une affirmait que les bretons étaient les descendants des troyens, l'autre que le royaume armoricain avait été fonde par Conan Mériadec. Cette construction historico-littéraire était d'origine savante. La première reposait sur Brutus qui aurait fonde le royaume breton dans l'ile de Bretagne, l'autre sur Conan Mériadec qui, en compagnie de maxime, aurait conquis l'Armorique et l'aurait peuple de bretons venus de l'ile. Brutus, descendant d'Enée, synthétisait les données culturelles de trojanité et de romanité. Conan Mériadec synthétisait celles de romanité et de bretonnité. Des enjeux politiques et culturels se masquaient derrière cette construction historique " épique " qui servit le pouvoir royal et ducal. La classe dirigeante avait besoin de légitimer son pouvoir, de se positionner face aux nations concurrentes. Ce mythe bicéphale fonctionna jusqu'au XVIe siècle. Il ne fut plus opérationnel a la renaissance (reforme, naissance des états-nations, essor d'une histoire critique). D'autres exigences obligèrent les bretons a inventer de nouvelles représentations d'eux-mêmes. La celtomanie relaya alors la trojanomanie. Mais cette mythomanie bretonne se développa surtout au XVIIIe siècle. Elle se batit principalement sur la langue celto- bretonne que parlaient les bretons, " derniers rejetons des gaulois ". Cette langue antique prouva sa parente avec l'hébreu, le grec, le latin et l'allemand. Ainsi, promu, avec une certaine extravagance, proche parent - voire " langue-mère " - des langues les plus nobles, il renforça le particularisme identitaire des bretons. L'invention de la bretonnité du XIXe siècle est née de cette celtomanie

  • Titre traduit

    The origins of celtomania : the founding myths of Brittany


  • Résumé

    This thesis studies the works and the political and cultural context which made up the trojanomania and the celtomania, in Brittany, from the 9th to the 19th century. These trends of ideas express the quest of the Bretons for their origins. Around the 9th-10th centuries, two founding legends appeared : according to the first, the Bretons descended from the Trojans, according to the second, the Armorican kingdom had been founded by Conan Meriadec. That historical and literary construction was of scholarly origin. The first one was based on Brutus, who might have founded the breton kingdom in the island of Britain, the other one, on Conan Meriadec who, along with maxim, might have conquered Armorica and peopled it with Bretons from the island. Brutus, a descendant of Eneas was a synthesis of the cultural facts of trojanity and romanity, Conan Meriadec, a synthesis of romanity and bretonity. Political and cultural stakes remained concealed behind this pattern of an "epic" history which served the king's and duke's power. The leading class needed to legitimate its power to position itself against rival nations. That two-headed myth was at work until the 16th century. It was not valid any more at the renaissance (the reform, the birth of modern state-nations, the rise of critical history). Other demands compelled the bretons to invent new political and cultural images. Then celtomania took over from trojanomania. But that Breton mythomania especially developed in the 18th century. It built up on the celto-breton language spoken by the Bretons, "the last offsprings of the gauls". That ancient language proved it was related to hebrew, greek, latin and german. So, promoted, with some extravagancy, a close relative - if not mother language - of the noblest languages, it reinforced the identity of the Bretons. The invention of the 19th century bretonity was born of that celtomania.

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2000 par Éd. "Ouest-France à Rennes

Mythes fondateurs de la Bretagne : aux origines de la celtomanie


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 3 vol., 629 p.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 225 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Rennes 2. Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire centrale.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.
Cette thèse a donné lieu à 1 publication .

Consulter en bibliothèque

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2000 par Éd. "Ouest-France à Rennes

Informations

  • Sous le titre : Mythes fondateurs de la Bretagne : aux origines de la celtomanie
  • Dans la collection : De mémoire d'homme , 0763-8639
  • Détails : 351 p
  • Notes : Ed. commerciale remaniée de la thèse.
  • ISBN : 2-7373-2699-0
  • Annexes : Bibliogr. p. 335-343
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.