L'insertion par le travail : les ambiguïtés du salariat comme moyen et norme d'integration sociale

par Valérie Janvier

Thèse de doctorat en Sociologie

Sous la direction de François Vatin.

Soutenue en 1997

à Rennes 2 .


  • Résumé

    Au fur et a mesure de son développement, le salariat est devenu une norme de vie, réelle ou attendue. Pourtant, l'accès au système salarial n'a par définition rien d'automatique puisqu'il implique la rencontre d'une offre et d'une demande de travail supposées libres. D'ou la permanence de certaines questions : comment intégrer les sans-emploi ? Ou commence et s'arrête la relation de travail ? Jusqu'ou porte l'engagement de l'employeur envers un salarié ? Depuis 1975, les pouvoirs publics français ont mis en place un certain nombre de dispositifs censés faciliter cet accès a l'emploi et appelés "politiques d'insertion". Notre projet est alors de montrer que ce type d'interventions n'est qu'un épilogue, la suite de deux siècles d'ambiguïtés sur l'approche du salariat comme moyen et norme d'intégration sociale. Deux parties sont distinguées. L'une illustre le débat sur le travail comme base du lien social, à partir des éclairages théoriques de Adam Smith (chapitre premier) et de Emile Durkheim (chapitre second). L'autre partie s'intéresse plus spécifiquement a la question de l'insertion par le travail pour les exclus du salariat : après un chapitre introductif ou le sens de la notion "d'insertion" est approfondi, nous avançons que les politiques retenues établissent un rapprochement entre trois types d'action publique : les mesures d'assistance par le travail qui émergent au dix-septième siècle pour les populations pauvres sans activité, les dispositifs visant à relier la formation à l'emploi, les politiques de placement en direction des chômeurs. Un dernier chapitre permet de mesurer l'influence concrète des entreprises dans les différents dispositifs. L'examen du contenu des mesures depuis 1975 nous amène en particulier à nous interroger sur le rôle des structures associatives créées spécifiquement pour faciliter l'insertion des personnes en difficulté. . .


  • Résumé

    As and when it has developped, the wage-earning system has become a way of life which is real or expected. Yet, access to this system is by no means obvious, since it implies that a free supply as regards job, coincides with a free demand. Therefore, constant questions exist : how can we integrate the jobless ? When does work relation start and cease ? To what extent is an employer responsible for a wage-earner? Since 1975, the French authorities have created a certain number of means - called "insertion" policies - which are planned to make things easier for people to get into the working world. Our aim is consequently to show that this type of intervention is none other than an outcome, the continuation of two centuries that have been ambiguous as far as the approach to the wage-earning as a means and a norm of social integration, is concerned. This study is made up of two distinct parts. The one illustrates the debate on work as the basis of the social ties, from the theoretical contributions by Adam Smith (first chapter) and Emile Durkheim (second chapter). The other part refers to the question of integration through work, for those who are excluded from the wage-earning system : following an introductory chapter in which the sense of the French notion "insertion" is examined, we suggest that the policies taken into account, set up a connection between three types of public action : social aid through work that emerged in the seventeenth century for poor jobless people, means aiming at training leading to employment, policies for the unemployed. A final chapter allows us to estimate the concrete influence of firms in the launching of these means. A close examination of the content of these measures since 1975, leads us to consider the role of associative structures which are specifically created to help people in a difficult situation. . .

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (276 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 278 réf. bibliogr.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Rennes 2 - BU centrale (Rennes).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TR Rennes 1997/20
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.