Systemes de defense cellulaire du testitule des mammiferes : defense anti-virale et defense anti-xenobiotique

par MARIE-ODILE LIENARD

Thèse de doctorat en Sciences biologiques

Sous la direction de Bernard Jégou.

Soutenue en 1997

à Rennes 1 .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    Le declin seculaire de parametres de la reproduction masculine a ete impute a la detoriation de l'environnement. Deux types d'agents ayant de graves incidences sur la fonction de reproduction, nous ont interesses ; les virus et les xenobiotiques a caractere hydrophobe. Nous avons recherche les capacites de defense du testicule de mammifere face a ces facteurs. Le systeme de defense antivirale a ete etudie via la recherche de l'expression des interferons (ifn) et et des proteines antivirales induites par les inf : mx, pkr et 2'5' a synthetase, au niveau du tissu interstitiel et des spermatogonies, chez le rat. Nos resultats montrent que les macrophages testiculaires et les cellules de leydig peuvent secreter des quantites importantes d'ifn face a une exposition virale et que l'expression constitutive faible des proteines antivirales est fortement stimulee par les ifn ou le virus. Les spermatogonies presentent des potentialites moindres avec une faible expression d'ifn induite par l'exposition virale et la seule induction des proteines mx apres stimulation a l'ifn. Le systeme de defense antixenobiotique a ete etudie via la recherche de l'expression des genes mdr (multidrug resistance) de classe i au niveau des cellules testiculaires de rat, de souris et d'homme et par la localisation de la p-glycoproteine (p-gp) et de son activite, chez le rat. Nos resultats montrent que les genes mdr sont exprimes par les cellules somatiques du testicule, chez les trois especes considerees. Par immunohistochimie, l'expression de la p-gp est localisee uniquement au niveau des vaisseaux sanguins du testicule. Les tests d'activite de la p-gp, plus sensibles, permettent de detecter un phenotype mdr au niveau des macrophages testiculaires, des cellules peritubulaires et des cellules de leydig et de sertoli, tandis que les cellules germinales (spermatogonie, spermatocytes et spermatides) en sont depourvues. En conclusion l'etude des systemes de defenses antivirale et antixenobiotique du testicule revele que les cellules somatiques sont potentiellement bien equipees face a une agression virale ou pharmacologique, les cellules germinales etant tres vulnerables. Nous proposons, sous reserve d'etude in vivo, d'elargir le concept de barriere hematotesticulaire, applique a la constitution d'un microenvironnement propice aux cellules germinales, aux defenses antivirale et antixenobiotique.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 157 P.
  • Annexes : 306 REF.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Rennes I. Service commun de la documentation. Section sciences et philosophie.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TA RENNES 1997/180
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.