Dynamique des systèmes perturbés : dégradation, restauration et gestion des landes piétinées : exemple du site mégalithique de Carnac-Bretagne

par HELENE TOULLEC

Thèse de doctorat en Sciences biologiques et fondamentales appliquées. Psychologie

Sous la direction de Françoise Rozé.

Soutenue en 1997

à Rennes 1 .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    Ce travail etudie l'effet d'une perturbation anthropique : le pietinement, sur la dynamique des landes bretonnes, grace a des approches analytiques et experimentales. Les etudes analytiques sont realisees aux echelles paysagere et communautaire. Elles permettent d'identifier huit groupements principaux de restauration : quatre pelouses, trois landes et un fourre preforestier. Les etapes des successions vegetales sont precisees. Les successions semblent dependre autant de facteurs mesologiques comme l'humidite du sol, l'acidite, la trophie, que de l'intensite du pietinement exerce. De plus, les successions se deroulent a differentes vitesses. Ainsi, apres cinq annees de mise en defens, des surfaces denudees par un pietinement de forte intensite peuvent etre recouvertes par une pelouse ouverte pionniere ou par un fourre preforestier. A l'echelle du site c'est-a-dire d'environ 40 hectares, l'existence simultanee de plusieurs successions et de plusieurs vitesses de realisation de ces successions est a l'origine d'une mosaique paysagere. Les etudes experimentales sont realisees a l'echelle communautaire. Elles portent principalement sur la determination des resistances et des resiliences de la vegetation et des especes au pietinement. Dans la lande seche, les reponses immediates de la vegetation a un pietinement estival ou a un pietinement hivernal sont comparables : les indices de resistance sont proches. Ces indices sont semblables a celui qui est obtenu pour une pelouse seche. La reponse a moyen terme de la lande seche pietinee n'est pas la meme que celle de la pelouse seche : la resilience de la pelouse est plus forte que celle de la lande. Pour un groupement donne, la resilience peut dependre de la structure de la vegetation : la resilience d'une lande fauchee au printemps et pietinee en ete est beaucoup plus grande que celle d'une lande non fauchee, pietinee en ete.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (132 p.)
  • Annexes : 146 REF.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Rennes I. Service commun de la documentation. Section sciences et philosophie.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TA RENNES 1997/140
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.