Anthropologie des formes et des fonctions sociales de la mémoire : Approche analytique des souvenirs individuels et collectifs de l'immigration italienne en France

par Olivier Chavanon

Thèse de doctorat en Sociologie

Sous la direction de Alain Tarrius.

Soutenue en 1997

à Perpignan .


  • Résumé

    LA MEMOIRE, QUI EST UN OBJET CENTRAL EN PSYCHOLOGIE, N'ATTIRE QUE PEU L'ATTENTION DES SOCIOLOGUES. AUSSI LES MODELES QUI LA DECRIVENT INSISTENT-ILS DAVANTAGE SUR LA MEMOIRE COMME "ACTIVITE MENTALE" QUE COMME "ACTIVITE SOCIALE". SUR UN PLAN THEORIQUE ET METHODOLOGIQUE, LE TRAVAIL VISE DONC A METTRE A L'EPREUVE LA VALIDITE DE CERTAINS DE CES MODELES EN LES CONFRONTANT A DES OBSERVATIONS in vivo (CONDUITES EN DEHORS DU CADRE ASEPTISE DES PROTOCOLES DE LABORATOIRE). DANS UNE PREMIERE PARTIE DE LA THESE, CE SONT LES MODES DE TRANSMISSION DE LA MEMOIRE FAMILIALE CHEZ LES FAMILLES IMMIGREES QUI SONT EXPLORES. QU'EST-CE QUI SE TRANSMET OU NE SE TRANSMET PAS EN FONCTION DES GENERATIONS CONCERNEES, SELON LES TRAJECTOIRES SOCIOPROFESSIONNELLES, SELON LES HOMMES ET LES FEMMES, ETC. ? L'OBJECTIF EST ICI D'ISOLER QUELQUES UNS DES FACTEURS SOCIAUX QUI INTERVIENNENT DANS LA CONSTRUCTION DES MEMOIRES AUTOBIOGRAPHIQUES ET FAMILIALES. ENSUITE SONT ABORDEES LES QUESTIONS RELATIVES AU LIEN ENTRE IDENTITE, MEMOIRE ET LIEUX (TERRITOIRES) DANS UNE REFLEXION QUI S'INSCRIT A LA SUITE DES TRAVAUX DE MAURICE HALBWACHS, C'EST A DIRE QUI CHERCHE A DEMONTRER QUE LE MARQUAGE DES SOUVENIRS SUR LE SOL EST UN ELEMENT CAPITAL DE LA MEMOIRE COLLECTIVE DES GROUPES. ENFIN C'EST L'HISTOIRE DE FRANCE COMME FORME SUPREME DE LA MEMOIRE COLLECTIVE OFFICIELLE ET INSTITUTIONNELLE QUI EST INTERROGEE. SONT MIS A JOUR QUELQUES UNS DES PROCESSUS QUI CONCOURENT A L'ERADICATION DE LA MEMOIRE DES MINORITAIRES ET A LA FABRICATION DE SOUVENIRS COLLECTIFS CONSENSUELS, DONT LA FONCTION INVISIBLE EST DE LEGITIMER DES RAPPORTS DE DOMINATION.

  • Titre traduit

    Anthropology of forms and social functions of the memory


  • Résumé

    Memory which forms the central subject in psychology, draws only a little sociologists attention. Therefore, the models that describe it insist more on memory as a "mental activity" than a "social activity". On a theoretical and methodological level, the work aims then on putting to the test the validity of some of those models by confronting them to some observations in vivo (behavious outside the sterilized scope of laboratory etiquettes). In the first part of the thesis, the transmission forms of family memory among imigrant families are explored. What it passed on or not according to concerned generations, in accordance with socio-professional trajectories, men and women etc. ? here, the aim is to isolate some of the social factors that intervene in the building of autobiographical and family memories. Then, the question connected with a link between identity, memory and places (territories) are tackled in a reflection which joins the continuation of maurice halbwachs' works, that is to say a reflection which tries to demonstrate that the marketing recollections on the flour is a key for the collective memory of groups. Finally, that is the history of france as supreme form of official and institutional collective memory which is questionned. Some processes which work towards the eradication of the memory of minorities and the making of consensual collective recollections are up-dated. Thein invisible function is to legitimate relations of domination.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 370 f. -14 f. de pl.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 343-370.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Perpignan Via Domitia. Service commun de la documentation. Section Lettres et Sciences humaines.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TD 1997 CHA
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.