Restrictions volontaires aux exportations : l'apport de l'économie politique du protectionnisme

par Denis Gouaux

Thèse de doctorat en Sciences économiques

Sous la direction de Antoine Bouët.

Soutenue en 1997

à Pau .


  • Résumé

    Depuis la fin des années soixante, le succès en matière de réduction du niveau de la protection tarifaire obtenu par les négociations commerciales multilatérales est contrarié par le développement du protectionnisme non tarifaire et en particulier des restrictions volontaires aux exportations (RVE). Cette limitation des échanges est tout à fait originale puisqu'il s'agit d'une restriction discriminatoire et négociée de l'offre étrangère du bien importe. Les RVE concernent près d'un dixième des importations de produits manufactures des pays industrialises et de plus en plus des industries dynamiques comme les semi-conducteurs ou l'automobile. L'analyse des effets économiques des RVE nous conduit a rejeter l'hypothèse que les gouvernements agissent indépendamment des groupes d'intérêts puisqu'il s'agit de la forme de protection la plus coûteuse. Dans le cadre d'une analyse en terme d'économie politique, nous montrons que les RVE ont rationalité économique lorsque le gouvernement ne peut observer directement le coût marginal de la firme nationale. Nous utilisons un modèle proche de celui de B. P. Rosendorff (1996). L'abandon de l'hypothèse d'une information parfaite et complète nous parait pertinent puisque les informations concernant les coûts de production des firmes qui sont transmises au gouvernement émanent des firmes elles mêmes. Or a l'aide d'une fonction de rendement électoral dans laquelle le gouvernement privilégie le profit de la firme sur le surplus des consommateurs, il apparaît que les autorités sont plus disposées a protéger la firme la plus productive. En asymétrie d'information, il est certain que le gouvernement se retrouvera dans une situation sous optimale de sur protection de la firme la moins productive. Nous démontrons que l'utilisation combinée d'un droit de douane relativement faible et d'une RVE permet aux autorités d'obtenir la révélation de l'information cachée : si la firme est relativement productive, elle choisit la RVE, sinon, elle choisit le droit de douane. Notre modèle nous conduit a critiquer la pertinence d'une interdiction pure et simple de ce genre d'instrument de politique commerciale et parait bien correspondre a l'observation que les RVE se développent a l'heure actuelle sur des industries relativement dynamiques.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 294 f
  • Notes : Publication autorisée par le jury

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Pau et des Pays de l'Adour. Service Commun de la Documentation. Section Droit et Sciences économiques.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : UDT 2093
  • Bibliothèque : Université de Pau et des Pays de l'Adour. Service Commun de la Documentation. Section Droit et Sciences économiques.
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Université de Pau et des Pas de l'Adour. Service Commun de la Documentation. Salle de documentation Economie-Gestion.
  • PEB soumis à condition
  • Cote : LJ 1113
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.