Etude comportementale des troubles olfactifs induits par la mutation Staggerer chez la souris

par Véronique Deiss

Thèse de doctorat en sciences biologiques fondamentales et appliquée, psychologie

Sous la direction de Claude Baudoin.

Soutenue en 1997

à Paris 13 .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    Il a longtemps ete admis que le cervelet etait la seule structure nerveuse perturbee par la mutation stagggerer affectant les souris de la souche c57bl/6. Recemment l'hypothese d'une atteinte du bulbe olfactif a ete emise. Nous avons etudie les capacites de perception et d'integration des informations olfactives chez ces mutants. Dans une premiere partie, nous determinons les seuils de reponses comportementales des souris mutantes et non-mutantes pour des odeurs de butanol et de vanilline. Les souris staggerer ont des seuils de reponses comportementales a ces stimuli olfactifs non-sociaux superieurs a ceux des non-mutants. Nous montrons egalement que les seuils de reponses des femelles mutantes sont superieurs a ceux des males. Nous attribuons ces differences a une hyposmie generale induite par la mutation staggerer. Dans une deuxieme partie, nous montrons que malgre une phase d'acquisition plus longue que celle des non-mutants, les souris staggerer sont capables d'apprentissage simple tel que l'habituation a une odeur de vanilline. L'etude de la memoire olfactive montre que la duree de retention de l'information olfactive est plus courte chez les mutants que chez les non-mutants. Les deficits du bulbe olfactif pourrait expliquer ces perturbations d'apprentissage et ce deficit de la memoire a court terme. Dans une troisieme partie, nous considerons les consequences de ces deficits sur les capacites de discrimination et de reconnaissance des congeneres par les staggerer. Nous montrons dans des tests d'habituation-deshabituation que les males staggerer discriminent entre les odeurs de secretions vaginales de femelles en oestrus et celles de femelles en anoestrus. Les souris staggerer sont aussi capables de reconnaitre l'odeur d'un male connu de celle d'un male inconnu. Cette discrimination n'est possible pour les femelles staggerer qu'en utilisant des odeurs (litiere avec feces et urine) concentrees de males. Ce resultat s'expliquerait par une atteinte du bulbe olfactif plus importante chez les femelles mutantes que chez les males. Nous examinons les consequences que pourraient induire les deficits mnesiques sur les relations sociales des souris staggerer. Nous montrons par exemple que les souris mutantes oublient plus rapidement que les non-mutantes l'odeur d'un male familier et qu'elles ne reconnaissent pas, contrairement aux souris non-mutantes, l'odeur d'un frere avec lequel elles ont ete elevees.

  • Titre traduit

    Behavioural study of olfactory deficits induced by the staggerer mutation in the mouse


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 132 p.
  • Annexes : 188 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque :
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TH 1997 056
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.