Relations semiochimiques entre trichogramma brassicae bezd. (hym. , trichogrammatidae) et deux hotes : un habituel, ostrinia nubilalis hubn. (lep., pyralidae) et un occasionel, lobesia botrana den & schiff. (lep., noctuidae). etudes comportementales, biologiques et chimiques

par FRANCOISE GARNIER GEOFFROY

Thèse de doctorat en Sciences biologiques et fondamentales appliquées. Psychologie

Sous la direction de NICOLE HAWLITZKY.

Soutenue en 1997

à Paris 13 .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    Les relations entre un parasitoide oophage et deux de ses hotes sont etudiees pour avoir une meilleure connaissance de la communication chimique entre ces especes, optimiser l'efficacite parasitaire du trichogramme contre o. Nubilalis ou diversifier son utilisation. Les comportements de recherche, de reconnaissance et d'oviposition de l'entomophage sont analyses dans differents dispositifs, en fonction de plusieurs stimuli issus de l'hote, places a des distances variees de t. Brassicae. Sur le terrain, sont mesures le parasitisme ou la longevite selon l'hote concerne. En laboratoire, les femelles de t. Brassicae sont prestimulees a l'odeur de femelles vierges en appel d'o. Nubilalis. Lachees ensuite en presence d'ooplaques pondues sur mais, elles trouvent plus vite la plante, les feuilles portant les ooplaques et ces dernieres. En champs, les faibles infestations n'ont pas permis de mettre en evidence un effet de la prestimulation. Par ailleurs, avant de pondre, o. Nubilalis balaye le substrat avec son extremite abdominale devaginee. La trace, deposee par la femelle ou realisee artificiellement, provoque chez le parasitoide un comportement d'arrestment, favorise la reconnaissance de l'ooplaque et le declenchement de l'oviposition. Cette trace, non specifique a la femelle ou a l'espece, est probablement d'origine intestinale et composee de produits ubiquistes. Comme t. Brassicae parasite peu l. Botrana, existaient-ils des substances kairomonales issues du ravageur ? parmi les stimulus testes : ufs, extraits de glandes a pheromone, femelles en appel, seules les femelles provoquent une augmentation de la mobilite ou du nombre de t. Brassicae qui parasitent. Contrairement a o. Nubilalis, l'eudemis ne deposerait pas de trace. L'effet de la dispersion des ufs est aussi etudie : un uf isole est retrouve plus vite que des ufs groupes mais la decouverte de l'uf isole suivant est moins rapide. En vignoble, la longevite de l'entomophage est courte. Ces resultats conduisent a ne pas envisager l'utilisation de t. Brassicae contre l. Botrana.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 318 P.
  • Annexes : 371 REF.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris 13 (Villetaneuse, Seine-Saint-Denis). Bibliothèque universitaire. Section Sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TH 1997 062
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.