Les terrasses d'Orsol de M. Dib : écriture et intertextes

par Mohammed Khlifi

Thèse de doctorat en Lettres

Sous la direction de Beïda Chikhi.

Soutenue en 1997

à Paris 13 .


  • Résumé

    Les terrasses d'orsol de m. Dib est un bon exemple de depassement des oeuvres de la pre-independance axees sur la denonciation et l'affirmation de l'identite. A la lecture des terrasses d'orsol, on va, en fait, a la rencontre des oeuvres universelles comme celles de samuel beckett avec molloy, de dino buzzati avec le desert des tartares, de friedrich nietzsche avec ainsi parlait zarathoustra, et surtout de julien gracq avec le rivage des syrtes dont les points de similitude avec le recit de m. Dib sont frappants. De meme le recit des terrasses d'orsol assure une traversee de divers champs culturels, en l'occurrence l'hypotexte nietzcheen dont certains themes sont tres sollicites dans ce travail ; citons, par exemple, le theme de l'eternel retour et le lien qui l'unit a la parole : nommer n'est-il pas appeler a venir, appel qui recommande ? l'ecriture n'est-elle pas soumise aussi a ce "re" du retour ? l'ecrivain, en repetant son acte, ne pose-t-il pas la question de l'etant de la presence de sont art ? la reponse a ses questions pourrait se resumer a cette alternative : ecrire a n'en plus finir, finir d'ecrire, pour n'en plus finir avec l'ecriture. Cette conception-ci est donc celle de la solitude et du desarroi de l'ecrivain qui tente doublement de se tenir face aux mots : a la fois produisant infiniment le texte, et l'interrompant pour mieux le dire ; en fait, l'ecrivain y joue sa vie. A l'instar de ce je-ecrivant du recit qui se laisse prendre dans un jeu de roles tragique ou il est a la fois acteur et observateur, l'espace-temps de ce jeu est ambivalent, structure et ouvert sur un ailleurs mystique et plein de promesses ; de meme cet espace-temps se reclame d'un univers carnavalesque ou le je-ecrivant se trouve piege dans son propre jeu : promu, dechu et sacrifie comme bouc emissaire d'une societe en passe de tomber en decadence et favorable au surgissement du dernier homme dibien ayant pour visee la transgression de cet espace et l'atteinte de ce qui est tout-autre.

  • Titre traduit

    The terraces of orsol of mohammed dib writing and intertexuality. Compared study with the shore of syrts of julien gracq


  • Résumé

    The terraces of orsol by m. Dib is a perfect example of the works that go beyond the mere themes of identity assertion and denunciation characterising pre-indepence literature. When reading the terraces of orsol, one, indeed, encounters some universal works such as samuel beckett's, in molloy for example, dino buzzati's in the desert of the tartars, and especially julien gracq's in the schore of syrts that bears striking similitudes with did's novel. Likewise the narrative of the book is a crossroads of various cultural fields, for instance, the nietzschian hypotext which is very called upon to underscore the relationship binding words and the theme of the eternal return : is not naming a call for coming, a call that recommends ? is not wrinting subjected to this "re" of return ? does not the writer, when performing his act again, ask about the being of his art's presence ? the answer to these questions could be summed up in this alternative : to write so as to never stop writing, to stop writing so as to never finish with writing. This concept then is that of solitude and confusion of the writer who tries to put up to words in a double way : first by producing infinitely the text and then by interrupting it to bring it to perfection ; in fact this goes on through all his life. Furthermore, the writing i lets itself be caught in a tragic game of roles where it is both actor and observer, the space-time of this game is ambivalent, structured and open upon a somewhere full of promises. Likewise this space-time claims to belong to a carnivalesque universe where the writing i finds itself snared in its own game : elevated, degraded, and sacrificed as a scapegoat in a society on the way to downfall and in favour of a sudden emergence of the last dibian man with the objective of violating this space and reaching anything else.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 282 p.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris 13 (Villetaneuse, Seine-Saint-Denis). Bibliothèque universitaire.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TH 1997 013
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.