Interactions lymphocytes-antigènes parasitaires au cours de la fasciolose à Fasciola Hepatica Linne, 1758, chez le mouton

par Emmanuelle Moreau

Thèse de doctorat en Sciences de la vie et de la santé. Interactions hôtes-parasites. Immunologie parasitaire

Sous la direction de Chantal Boulard.


  • Résumé

    Afin de mieux connaitre les mecanismes immunitaires mis en jeu au cours de la fasciolose et afin de rechercher des antigenes <<<>candidats-vaccins<>>>, nous avons etudie, chez des moutons infestes experimentalement, la cinetique des reponses humorale et cellulaire dirigees contre des fractions purifiees des produits d'excretion/secretion de f. Hepatica (pesfh) ainsi que les sous-populations lymphocytaires peripheriques et locales mises en jeu au cours de l'infestation. Par differentes techniques, 9 fractions ont ete purifiees a partir des pesfh : 6 fractions de 50-70, 35-40, 27-30, 24, 20 et <17 kda (electrophorese preparative), 1 fraction glucidique (gel filtration), une fraction 18/8g de 25 et 27 kda (chromatographie d'affinite avec des anticorps monoclonaux) et une fraction gst de 26,8 et 27,2 kda. La reponse humorale anti-pesfh est precoce et dure tout au long de l'infestation. Elle est dirigee contre un grand nombre d'antigenes dont 14 sont reconnus par une majorite de moutons. Elle se caracterise par la predominance d'igg1 par rapport aux igg2 et par une production d'igm tout au long de l'infestation. La reponse cellulaire anti-pesfh est precoce et transitoire, entre jpi7 (7#e#m#e jour post-infestation) et jpi35. Une cinetique similaire de la reponse immunitaire est observee avec les fractions purifiees par electrophorese preparative et avec la fraction 18/8g. Une reponse humorale anti-fraction sucree a ete detectee precocement mais aucune reponse cellulaire dirigee n'a ete decelee. Enfin, aucune reponse immunitaire n'a ete observee contre les gst. Par phenotypage et par immunohistochimie, nous avons montre la predominance de la reponse humorale au cours de la fasciolose. La caracterisation des immunoglobulines de surface montre l'existence de nombreuses cellules igg+ et igm+ tout au long de l'infestation, l'augmentation du nombre de cellules iga+ en jpi10 et de cellules igg2+ en jpi20. Les variations de proportion des lymphocytes t se caracterisent par un recrutement local autour des lesions et dans les espaces portes hepatiques des lymphocytes peripheriques ovcd4+. Aucune stimulation preferentielle des lymphocytes par les pesfh n'a ete decelee. En revanche, les lymphocytes stimules par les pesfh produisent precocement, entre jpi7 et jpi4, de l'ifng et plus tardivement, en jpi35-42 de l'ii10.

  • Titre traduit

    Lymphocytes-parasite antigens interactions in fasciola hepatica infected sheep


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (198 f.)
  • Annexes : Bibliogr. : 169 réf

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Ecole Nationale Vétérinaire. Bibliothèque.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : 6617
  • Bibliothèque : Université Paris-Est Créteil Val de Marne. Service commun de la documentation. Section multidisciplinaire.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.