Plasticite synaptique de la voie hippocampe-cortex prefrontal chez le rat et implication fonctionnelle dans l'apprentissage et la memorisation

par FRANCOIS BURETTE

Thèse de doctorat en Sciences biologiques et fondamentales appliquées. Psychologie

Sous la direction de Serge Laroche.

Soutenue en 1997

à Paris 11 .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    Le but de ce travail est d'etudier les phenomenes de plasticite de la transmission synaptique au niveau de la voie hippocampo-prefrontale chez le rat in vivo et de rechercher leur implication dans les processus d'apprentissage et de memorisation. La methode generale que nous avons employee est l'etude des variations de l'amplitude du potentiel de champ (pps) evoque dans l'aire prelimbique du cortex prefrontal par des stimulations de la region ventrale hippocampo-subiculaire ipsilaterale. Dans un premier temps, nous avons montre que la stimulation a haute frequence de la region hippocampo-subiculaire induit chez le rat vigile et libre de ses mouvements une potentialisation a long terme (ltp) qui dure au moins trois jours. Un protocole de stimulation mimant les decharges des cellules de ca1 au cours d'un apprentissage induit une ltp qui dure en moyenne 24 heures. Une etude pharmacologique a l'aide d'injections locales au niveau de l'aire prelimbique permet de montrer que l'induction de la ltp hippocampo-prefrontale - mais pas son maintien - depend de l'activation des recepteurs glutamatergiques de type nmda. L'utilisation de differents protocoles de stimulation a basse frequence met en evidence l'existence d'une depotentialisation synaptique alors qu'il n'a pas ete possible d'induire une depression a long terme. Dans un deuxieme temps, nous avons mis en evidence des variations de l'amplitude du pps chez le rat vigile au cours de differents types d'apprentissage. Ainsi, au cours d'un apprentissage associatif, on met en evidence une augmentation tardive et graduelle de l'amplitude du pps. Au contraire, l'amplitude du pps des rats pseudoconditionnes diminue transitoirement au cours des premieres seances. D'autre part, chez des rats entraines dans une epreuve d'alternance renforcee differee en labyrinthe en y, on met en evidence une diminution transitoire de l'amplitude du pps au moment de l'augmentation de la duree de l'intervalle inter-essais. Dans une tache de non appariement spatial differe, on observe une diminution durable et une diminution transitoire de l'amplitude du pps qui interviennent juste avant que les animaux ne maitrisent la tache. L'ensemble de nos resultats suggere que la voie hippocampo-prefrontale possede, in vivo, des caracteristiques fonctionnelles compatibles avec l'hypothese d'une intervention dans differents processus cognitifs et que des phenomenes de plasticite sur cette voie pourraient jouer un role dans ces processus. La voie hippocampo-prefrontale permettrait a l'hippocampe d'exercer un controle sur des reseaux neuronaux corticaux via son influence sur les synapses des neurones de l'aire prelimbique. Cette influence pourrait jouer un role dans la gestion des processus de memorisation a plusieurs niveaux : dans la consolidation de traces mnesiques corticales, dans la gestion des phenomenes de memoire de travail et dans l'intervention du cortex prefrontal dans des phases d'apprentissage caracterisees par une forte indetermination.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 253 P.
  • Annexes : 612 REF.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris-Sud (Orsay, Essonne). Service Commun de la Documentation. Section Sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Centre Technique du Livre de l'Enseignement supérieur (Marne-la-Vallée, Seine-et-Marne).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TH2014-013573
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.