Etude du comportement d'un dioxyde d'uranium en presence d'une eau granitique : role des conditions redox, du rapport s/v et de la concentration en carbonates

par CHRISTELLE CACHOIR

Thèse de doctorat en Terre, océan, espace

Sous la direction de PATRICK TROCELLIER.

Soutenue en 1997

à Paris 11 .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    Cette etude a pour cadre le stockage des dechets nucleaires de haute activite en milieu geologique profond. L'eau represente le principal facteur d'alteration. Il est donc necessaire d'etudier les interactions entre l'eau et le colis. La determination de la stabilite a long terme du combustible irradie, constitue essentiellement d'oxyde d'uranium, passe par l'etude des proprietes chimiques de durabilite du dioxyde d'uranium lui-meme. Cette etude a ete menee en s'attachant a la description et a la comprehension des mecanismes de dissolution du dioxyde d'uranium. L'influence de trois parametres a ete suivie : les conditions redox, le rapport surface de matiere exposee sur volume de solution et la concentration en carbonates. Pour etablir un bilan complet du cycle alteration de la matrice, transport de l'uranium et formation de phases secondaires, une caracterisation complete du solide, une analyse de la solution et un examen de l'interface solide/solution sont menes. L'ensemble des resultats permet, d'une part, d'elaborer des modeles des mecanismes de l'alteration aqueuse du dioxyde d'uranium en fonction des conditions redox imposees et, d'autre part, de determiner les constantes thermodynamiques relatives a la formation de phases secondaires controlant la solubilite du dioxyde d'uranium. Ainsi en conditions oxydantes quand la teneur en carbonate est faible, une phase secondaire susceptible de controler la dissolution du combustible a ete identifiee : la schoepite (oxyde d'uranium hydrate). La solubilite de cette phase est de l'ordre de 2. 10#-#4 mol. L#-#1. Deux autres phases, susceptibles de jouer le meme role que le schoepite mais a des concentrations en carbonate plus elevees, semblent impliquees : la weeksite ou la boltwoodite mais elles n'ont pas formellement ete identifiees. Aucune phase secondaire n'a pu etre observee en conditions reductrices, seul le dioxyde d'uranium lui-meme, hydrate ou non, pourrait controler la dissolution.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 257 P.
  • Annexes : 123 REF.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris-Sud (Orsay, Essonne). Service Commun de la Documentation. Section Sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Centre Technique du Livre de l'Enseignement supérieur (Marne-la-Vallée, Seine-et-Marne).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TH2014-013450
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.