Caracterisation de deux genes, identifies par mutagenese insertionnelle, impliques dans le deroulement du processus infectieux de colletotrichum lindemuthianum sur le haricot commun, phaseolus vulgaris l

par Marie Dufresne

Thèse de doctorat en Sciences biologiques et fondamentales appliquées. Psychologie

Sous la direction de Thierry Langin.

Soutenue en 1997

à Paris 11 .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    Colletotrichum lindemuthianum, champignon filamenteux appartenant a la classe des deuteromycetes, est l'agent responsable de l'anthracnose du haricot commun, phaseolus vulgaris l. Afin d'identifier les determinants fongiques essentiels a l'infection de la plante hote, une strategie de mutagenese insertionnelle par plasmide a ete developpee. Parmi 600 transformants stables testes pour leur pathogenie sur un cultivar sensible de haricot commun, quatre souches ont presente une alteration du processus infectieux. Deux d'entre elles ont ete analysees de facon plus approfondie. La premiere, h290, presente une pathogenie tres reduite. Des tests de pouvoir pathogene plus fins ont montre que cette souche differencie des structures d'infection permettant la penetration mecanique des tissus vegetaux, ou appressoria, partiellement non fonctionnels. Son analyse moleculaire a abouti a l'identification du gene clkl, codant pour une serine/threonine proteine kinase. Ce gene est exprime constitutivement, a un niveau tres faible. La seconde souche mutante h433 est non pathogene et est capable d'induire l'apparition, sur un cultivar sensible de haricot, de taches necrotiques similaires a des lesions d'hypersensibilite. Des etudes cytologiques ont montre que : (1) cette souche est incapable de differencier des hyphes secondaires, dont la croissance correspond a l'apparition des symptomes macroscopiques d'anthracnose ; (2) l'infection par la souche mutante h433 induit une mort prematuree des cellules vegetales infectees. La souche mutante h433 resulte de l'integration du plasmide a deux loci differents dans le genome. Des experiences de complementation fonctionnelle ont permis de demontrer que seule une des deux regions genomiques sauvages correspondantes permettait la restauration du phenotype sauvage. Le sequencage de cette region a revele l'existence d'un gene, nomme cltal, codant pour un activateur transcriptionnel putatif.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 222 P.
  • Annexes : 225 REF.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris-Sud (Orsay, Essonne). Service Commun de la Documentation. Section Sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Centre Technique du Livre de l'Enseignement supérieur (Marne-la-Vallée, Seine-et-Marne).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TH2014-013301
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.