Variabilite, epidemiologie et phylogenie moleculaires et leurs implications chez les lyssavirus

par HASSAN BADRANE

Thèse de doctorat en Sciences biologiques fondamentales et appliquées, psychologie

Sous la direction de Noël Tordo.

Soutenue en 1997

à Paris 11 .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    La rage est une maladie connue depuis plus de 4000 ans. Elle infecte certaines especes de mammiferes dits vecteurs qui la transmettent a l'homme. L'agent etiologique est un virus de la famille des rhabdoviridae, genre lyssavirus. Il faut distinguer les virus de la rage classique (genotype 1), des virus apparentes a la rage (genotypes 2 a 6). Le genome est une molecule d'arn de sens negatif non segmentee, codant pour cinq proteines virales : la nucleoproteine n, la phosphoproteine m1, la proteine de matrice m2, la glycoproteine de surface g et la polymerase l. La particularite des lyssavirus est la presence, entre les cistrons g et l, d'une region non codante, psi, d'une taille etonnamment grande (443 nuc), et qui est en meme temps la plus variable. Une technique a ete mise au point pour amplifier et sequencer la region g-psi (2,5 kb) sur tout lyssavirus (echantillon de terrain et souche fixe). Puis elle a ete adaptee aux realites de l'epidemiologie (un grand nombre d'echantillons doit etre teste) en definissant une fenetre limitee (300 nuc) representative, ou l'etude a ete focalisee puis automatisee. L'analyse phylogenetique des sequences a permis de cerner la variabilite genetique des lyssavirus dans le monde et de definir des groupes phylogenetiques distincts. Au sein du genotype 1, il est apparu que les virus se regroupaient en grappes coherentes : (1) avec leur origine geographique ; (2) avec leurs relations historiques (virus cosmopolite disperse par l'homme et virus indigenes) ; (3) avec l'espece animale vecteur, suggerant un equilibre intime virus-vecteurs. Nous avons d'autre part etudie les bases moleculaires de l'antigenicite et de la pathogenie des lyssavirus. Les souches vaccinales actuelles protegent contre les virus du genotype 1 (<18% de divergence en acide amine dans l'ectodomaine de la g), mais pas ou peu contre les autres genotypes (>22,5%), ce qui invite a elaborer un vaccin antilyssavirus dans le futur. En outre, une correlation chez les lyssavirus existe entre la pathogenie et la presence d'une arginine en position 333 de la glycoproteine. Enfin, une etude preliminaire de la vitesse de l'evolution, dans les differentes parties etudiees, et la phylogenie dans le genre, a ete entreprise.

  • Titre traduit

    Molecular variability, epidemiology and phylogeny in the lyssavirus genes and their implications


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 257 P.
  • Annexes : 300 REF.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris-Sud (Orsay, Essonne). Service Commun de la Documentation. Section Sciences.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.