Le jardin dans la litterature francaise du seizieme siecle

par Danièle Duport

Thèse de doctorat en Littérature française

Sous la direction de Jean Céard.

Soutenue en 1997

à Paris 10 .


  • Résumé

    Le jardin dans la litterature francaise du seizieme siecle s'interroge sur le renouveau de l'image du jardin et plus particulierement sur le lieu commun litteraire. Des domaines aussi apparemment eloignes que divers composent le champ de l'enquete qui s'est voulue d'autant plus etendue que les discours tres varies sur le jardin s'averent souvent complementaires. La richesse et les metamorphoses du topos refletent quelques manifestations interessantes des bouleversements qui affectent alors les mentalites et l'homme nouveau. Il apparait aussi que la litterature tient des discours sur le jardin fictif qui rejoignent ceux des jardins reels et qu'elle rend plus explicite le regard dont le siecle considere le lieu ou l'homme mesure ses pouvoirs a ceux de la nature. Les descriptions de jardin se repartissent en trois groupes : jardins de la realite, dans les traites d'agriculture et les recits de voyage; jardins de la metamorphose interieure, ceux de l'allegorie religieuse, de l'alchimie, et du nouvel ideal de vie rustique; jardins rhetoriques ou le texte s'essaie a une variete nouvelle, ou la poetique etablit une claire distinction entre le style georgique, rigoureux comme un jardin potager, et l'expression tres souple du nouveau paysage des styles, le paysage-jardin. Quelle que soit leur diversite, une etonnante concordance unit les images du jardin autour de la problematique centrale de la variete du monde. Tout jardin est une mise en ordre de la nature qui pose un degre d'interpretation de la nature par l'art. Le jardin reel, et plus encore son image litteraire, recherche un art naturel ou le jardinage deviendrait invisible.


  • Résumé

    The garden in the french literature of the sixteenth century questions the renewal of the image of the garden and, more particularly, the literary commonplace. The field of enquiry is composed of realms as apparently alien as they are varied, all the more so as the very diverse discourses about the garden often prove complementary. The richness and the metamorphoses of the topos reflect some interesting manifestations of the transformations then at work in the mentalities and in the new man. It also appears that the literary discourses on the fiction garden meet with what the real gardens try to express, and contribute to elucidating the way the sixteenth century considers the garden, as the place where man pits himself with nature. The garden descriptions are divided in three groups : real gardens, in agricultural treatises and travel books; gardens of the personal transformation: in the religious allegory, in alchimy, and in the new ideal of rustic life; rhetorical gardens where is experimented a new variety, where poetics draws a clear line between the georgic style, as rigourous as a vegetable garden, and the very flexible expression of the new landscape of styles: the garden-landscape. Whatever their diversity, the images of the garden combine in a unexpected aggreement around the central problematics of the world variety. Every garden is an ordering of nature, which states a particular degree of interpretation of nature by art. The real garden, and more so its literary image, looks for a natural art in which gardening would become invisible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 3 vol., 1000 p.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 687 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Ouest Nanterre La Défense. Service commun de la documentation.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : T 97PA10-129 (1-3)
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.