Marché unique, union monétaire européenne et théorie économique : une reconsidération critique

par Juan Rodriguez-Calaza

Thèse de doctorat en Sciences économiques

Sous la direction de Gilbert Abraham-Frois.

Soutenue en 1997

à Paris 10 .


  • Résumé

    La finalite de cette these n'est pas de remettre en cause le projet de monnaie unique, mais de prevenir sur les risques que courront un certain nombre de pays (ou de regions) europeens, tout specialement ceux de la peripherie, dans le cadre de l'u. E. M. Ainsi, le rapport emerson (1990) constitue souvent la cible de nos critiques. En effet, etant donne que l'u. E. M. Ne permet pas de remedier a une insuffisance de la competitivite par une variation du taux de change, alors la mobilite de la main-d'oeuvre ou la flexibilite des salaires et des prix doivent remplacer la devaluation. Cependant, la mobilite des facteurs de production n'a pas qu'un caractere vertueux. L'insuffisance en biens collectifs dans les regions en retard, face aux economies externes tirees des avantages d'infrastructure et d'agglomeration des regions developpees, favorise la mobilite des facteurs au profit de ces dernieres et accentue les inegalites regionales. Si l'on disposait en europe - comme aux etats-unis, par exemple - de mecanismes d'ajustement exogenes pour arreter ou pallier la dynamique enclenchee par les phenomenes caracteristiques du cercle pervers, on serait alors en presence d'un moindre mal. Malheureusement, de telles conditions d'autoregulation par la mobilite des facteurs ou d'intervention exogene n'existent pas en europe. Les mutations industrielles et la substitution structurelle du progres technique et du travail qualifie au travail non qualifie creent deja en europe de graves problemes de chomage qui s'accentueront en situation de monnaie unique.


  • Résumé

    The aim of this thesis is not to question the project of the e. M. U. , but to warn of the risk a certain number of european countries (or regions), particularly those of the periphery, will run under a single currency. Thus, it is the emerson report that is the main target of our criticisms. Given that e. M. U. Does not allow the remedy of a competitive insufficiencies by a variation in exchange rates, the mobility of the workforce and the flexibility of wages and prices must replace a devaluation. However, the mobility of production factors is far from being virtuous. The lack of public goods in backward regions faced with external economies benetitting from the advantage of infrastructure and agglomeration of developed countries, favours the mobility of production factors towards the latter and accentuate regional inequalities. It we had exogenous adjustment mechanisms in europe - as in the united states, for example - to stop or alleviate the thrust caused by phenomena characteristic of a vicious circle, we would at least be in the presence of a lesser problem. Unfortunately, such conditions do not exist in europe. Industrial changes and the structural substitution of unskilled labour by technical progress and skilled labour already create a serious unemployment problem in europe which will only deeper with the advent of the single currency.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol., 308 p.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 301 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Ouest Nanterre La Défense. Service commun de la documentation.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : T 97 PA10-38
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.