Le processus de normalisation du travail : une histoire de la conformité de l'homme au travail

par Henri Jorda

Thèse de doctorat en Sciences économiques

Sous la direction de Guy Caire.

Soutenue en 1997

à Paris 10 .


  • Résumé

    Cette recherche s'interesse aux manieres de penser l'homme et le monde qui sous-tendent les principes d'organisation du travail et de direction des hommes. La premiere partie retrace les debuts de la rationalisation du travail (xviie-xviiie siecles), quand le savoir acquiert une dimension normative. L'entreprise devient progressivement un lieu ferme et surveille ou les normes de travail sont definies par les ingenieurs selon la science mecanique. Le processus de normalisation fonde sur le raisonnement mecaniste contraint les corps a realiser une conformite selon laquelle l'utilite des hommes repose sur l'effort physique. Le processus franchit un seuil lorsque l'entreprise est pensee comme un tout ou hommes et machines doivent s'ajuster. La deuxieme partie analyse les transformations du savoir au xxe siecle. La rationalisation peut desormais s'exercer sur les activites mentales : l'esprit devient une machine deductive traitant des informations. La conformite humaine repose sur l'ajustement des representations mentales a la realite observable. L'entreprise devient un systeme ouvert et complexe, s'adaptant en temps reel au milieu. Le processus de normalisation s'efforce alors de supprimer les obstacles potentiels aux flux d'information, en agissant sur les representations individuelles. L'autonomie de l'homme au travail consacre la conformite de ses representations. L'homme devient, au travail, le vecteur du processus de normalisation.

  • Titre traduit

    The normalizing process of work : a history of worker's conformity


  • Résumé

    This research is interested in the attitudes of mind about man and world which ground the working organization principles. The first part recounts the beginnings of working rationalization (seventeenth and eighteenth centuries), when learning takes a normative dimension. The firm gradualy becomes a closed and supervised place, where the working norms are defined by engineers according to mechanical science. The normalizing process, based on mechanist reasoning, constrains bodies to realize a conformity according to which men's utility is based on physical resistance. The process increases when the firm is thought like a whole where men and machines are exactly adjusted. The second part analyses the learning changes in the twentieth-century. Henceforth, the rationalization has an action upon mental activities: the mind becomes a deductive machine processing informations. The human conformity is based on mental representations adjusting to observed reality. The firm becomes an open and complex system adapting itself to the environment. At that time, the normalizing process tries to suppress potential obstacles to flows of information: it has an effect upon individual representations. The autonomy of man at work reveals the conformity of his representations. The man becomes, at work, the vector of normalizing process.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol., 515 p.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 228 ref.

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université d'Orléans. Service commun de la documentation. Section Droit, Economie et Gestion.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : D 06-83
  • Bibliothèque : Université Paris Nanterre. Service commun de la documentation.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : T 97 PA10-11 (1-2)

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université Toulouse 1 Capitole. Service commun de la documentation. Bibliothèque de la Manufacture des tabacs.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : GM1601-1997-10
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.