Progrès technologique, innovation et comportements financiers

par Saloua Boutheina Ferchiou

Thèse de doctorat en Sciences économiques

Sous la direction de Michel Poix.

Soutenue en 1997

à Paris 9 .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    Le progrès technologique est passé d'un cadre d'analyse macro-économique ou la croissance dépendait de l'apparition d'une nouvelle technologie, qui, du fait de son extension sur plusieurs secteurs d'activité, était généralement encouragée et financée par les gouvernements à une analyse plutôt micro-économique où l'innovation est une nécessité stratégique de l'entreprise qui lui permet d'assurer sa compétitivité. Les facteurs déterminants de l'investissement technologique évoluent du fait que le monde de la science et de la technologie est en perpétuelle mutation. Cette évolution transforme la structure des marches réels et modifie la sphère financière par l'apparition de nouveaux besoins financiers qui provoquent la naissance d'une multitude de produits financiers. Ainsi, on passe à la fin des années 70 du modele linéaire de financement de l'innovation à un modèle, basé sur le financement par l'intervention accrue des marchés de capitaux, mieux adapté au financement des projets risques. Cette évolution a conduit à une double tendance durant les années 80 : la libéralisation des systèmes financiers et la globalisation des économies réelles du fait de l'augmentation des coûts fixes de R&D et de la nécessité d'atteindre la taille critique. Considérant ces deux tendances le modèle de financement de l'innovation devrait être homogène à l'échelle mondiale et la spécialisation technologique devrait disparaitre. Cependant, l'analyse des faits historiques a montré que des spécificités nationales et sectorielles subsistent : l'innovation dans les PME est restée l'affaire de la composante nationale du système financier caractérisé par un développement inégal des nouveaux marchés ; l'intervention des gouvernements pour le financement de l'innovation s'est poursuivie dans la plupart des pays à des degrés différents. Ainsi, les deux modèles de financement du progrès technique coexistent à la fin des années 80 dans la plupart des pays avec persistance des dominances classiques (systèmes nationaux d'innovation et systèmes financiers).


  • Résumé

    The technological progress moved from a framework of macroeconomic analysis where the growth was more depending upon the emergence of new technology, which is a result of its extent to various activity fields, was generally backed and financed by governments, to a rather microeconomic analysis, where innovation is a strategic necessity for the enterprise, which helps it to assure its competitivity. The fixing factors of the technological investment are developing as a consequence of the perpetual change lived by the world of science and technology. This evolution changes the structure of the real markets and alters the financial sphere through the coming out of new financial needs, which causes the rise of a multitude of financial products. Thus we moved during the seventies from a linear pattern of financing of innovation, to a pattern based upon the financing through the sustained intervention of the capitals markets, better adapted to risky projects. This evolution led to a double tendency during the eighties: the liberalization of financial systems and the globalization of the real economies, as a result of the increase of fix rates of rd and the necessity to reach the critical size. Considering these two tendencies, the financing pattern of innovation should be homogeneous at the world level, and the technical speciality should disappear. Meanwhile, the study of historical facts showed that national and sectorial specificities remain. The innovation in small and middle enterprises remained the task of the national compound of the financial system, characterized by an unequal development of the new markets; the government’s intervention for the financing of innovation has been cried on in most countries at different degrees. Thus, the two patterns of financing of the technical progress coexist at the end of the eighties in most countries, with the persistence of the classical patterns (national innovation systems and national financial systems).

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol., 410 p.
  • Notes : Thèse non reproduite
  • Annexes : 380 réf.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris-Dauphine (Paris). Service commun de la documentation.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.