Abondances des elements dans les etoiles chimiquement particulieres : la diffusion dans les ap et la detection des premiers stades de stratification dans les am d'amas ouverts

par ALAIN HUI BON HOA

Thèse de doctorat en Terre, océan, espace

Sous la direction de Georges Alecian.

Soutenue en 1997

à Paris 7 .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    Les etoiles chimiquement particulieres de la sequence principale du diagramme h-r presentent des differences importantes dans leur composition chimique par rapport a celle du soleil, consideree comme standard pour les etoiles naines. D'apres les modeles actuels, ces anomalies sont principalement engendrees par la diffusion microscopique : la vitesse de diffusion depend de l'acceleration radiative, qui est fonction de la capacite des ions a absorber le rayonnement. L'acceleration radiative etant differente selon les especes chimiques, les elements se stratifient si le milieu est suffisamment stable, ce qui semble etre le cas dans les couches superficielles des etoiles chimiquement particulieres. Nous avons etudie la diffusion de l'aluminium dans l'atmosphere des etoiles ap. Une des particularites de ce travail reside dans l'utilisation des donnees atomiques du groupe opacity project. Cet ensemble homogene de donnees est employe dans toutes les phases de calcul des accelerations radiatives, effectue en supposant l'etl. Les resultats obtenus sont globalement en bon accord avec les deficiences observees, la position d'une eventuelle accumulation de l'aluminium etant dans la plupart des cas en dessous de la zone de formation des raies. La variation en fonction du temps de l'abondance du calcium et du scandium sous l'effet de la diffusion dans les etoiles am a fait l'objet de simulations recentes. Nous avons donc observe des etoiles d'amas de differents ages afin de determiner l'abondance de ces elements. Des spectres a haute resolution ont ete obtenus a l'observatoire de haute-provence pour des etoiles a des amas d'alpha per, pleiades, coma, hyades et praesepe. Nos resultats montrent que les deficiences en calcium et scandium typiques des etoiles am sont plus marquees chez les membres des amas les plus vieux tandis que les plus jeunes presentent des schemas atypiques qui pourraient correspondre a des phases jeunes du phenomene am.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 200 P.
  • Annexes : 271 REF.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Diderot - Paris 7. Service commun de la documentation. Bibliothèque Universitaire des Grands Moulins.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : TS (1997) 233
  • Bibliothèque : Observatoire de Paris (Section de Meudon). Bibliothèque.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : 4.6064
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.