Thrombocytemie essentielle : physiopathologie et etude de la clonalite de l'hematopoiese

par NAHED EL KASSAR

Thèse de doctorat en Sciences médicales

Sous la direction de BERNARD GRANDCHAMP.

Soutenue en 1997

à Paris 7 .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    La thrombocytemie essentielle (te) est un syndrome myeloproliferatif (smp) caracterise par une hyperplaquettose persistante et une hyperplasie megacaryocytaire. Le diagnostic de cette maladie repose sur l'elimination de toute cause d'hyperplaquettose. La preuve d'une hematopoiese monoclonale peut constituer un argument positif de diagnostic. Le phenomene d'inactivation du chromosome x chez la femme est un phenomene actif qui aboutit, dans la cellule femelle, a l'extinction transcriptionnelle de la quasi-totalite des genes portes sur le chromosome x inactive. Cependant, l'analyse de la clonalite selon ce principe se heurte a l'existence de femmes normales ayant la meme image d'inactivation inegale dans leur tissu hematopoietique. Nous avons etudie la clonalite chez 53 patientes avec une te et 123 femmes normales appartenant a differentes tranches d'age, par deux techniques : la premiere est basee sur la difference de methylation du gene humara ; la deuxieme sur l'analyse des transcrits polymorphes des genes ids (iduronate-2-sulfatase), p55 et g-6-pd, par pcr-rflp et technique d'extension d'amorce. Utilisant les lymphocytes t comme tissu temoin de lyonisation, nous avons retrouve une monoclonalite dans les granulocytes et les plaquettes chez la majorite des patientes (31/36). Une polyclonalite a ete retrouvee chez une minorite de patientes par les marqueurs arn (5/36). La moyenne d'age et les signes ischemiques etaient nettement plus eleves dans les patientes avec une hematopoiese monoclonale. La technique d'extension d'amorce s'est revelee la technique la plus fiable. Ces resultats confirment la frequence elevee d'une hematopoiese monoclonale dans la te et la possibilite d'utiliser les lymphocytes t comme tissu temoin de lyonisation. La te etant caracterisee par une proliferation de la lignee megacaryocytaire, nous avons elimine, dans un second temps, des anomalies d'expression du gene c-mpl, ainsi qu'une secretion inappropriee de son ligand, la thrombopoietine. En conclusion, la te est une maladie heterogene. Par analogie avec le modele des polyglobulies primitives, nous suggerons l'existence de deux maladies differentes chez ces patientes, en fonction de la clonalite de l'hematopoiese : l'existence d'un vrai smp en cas d'hematopoiese monoclonale ; et celle d'une thrombocytose primitive en cas d'hematopoiese polyclonale, en reponse probablement a un facteur extrinseque.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 165 P.
  • Annexes : 229 REF.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Diderot - Paris 7. Service commun de la documentation. Bibliothèque Universitaire des Grands Moulins.
  • Accessible pour le PEB
  • Cote : TS1997
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.