Identification par clonage positionnel du gene responsable du syndrome branchio-oto-renal

par SONIA ABDELHAK

Thèse de doctorat en Sciences médicales

Sous la direction de Christine Petit.

Soutenue en 1997

à Paris 7 .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    Dans l'introduction de ce manuscrit, nous decrivons les methodes developpees pour l'identification et l'isolement de transcrits ainsi que l'apport du projet genome humain au clonage positionnel. Nous presentons quelques donnees generales sur les surdites hereditaires et nous definissons le syndrome branchio-oto-renal (bor). Dans une deuxieme partie nous rapportons et discutons les resultats obtenus concernant l'identification du gene responsable du syndrome bor. Nous avons isole par une demarche de clonage positionnel le gene dont les mutations sont responsables du syndrome bor. Il coderait pour une proteine de 559 acides amines dont la partie c-terminale (271 acides amines) est fortement homologue au produit du gene du developpement eya de drosophile. Ce gene a ete appele eya1 en reference au gene eya. Une recherche de mutation de facon extensive a ete effectue chez 26 individus non apparentes. Quinze mutations au total, parmi lesquelles des mutations non sens, faux sens, des deletions ou des insertions, ont ete identifiees. Ces mutations, malgre leur heterogeneite, sont toutes localisees dans la region fortement homologue a eya. Nous avons identifie des mutations chez les individus atteints du syndrome bo (sans atteinte renale), demontrant ainsi que les syndromes bor et bo sont des variants alleliques resultant de l'atteinte du meme gene. Les proprietes de la proteine codee par le gene eya1, ainsi que son role dans le developpement de l'oreille, du rein et dans la fermeture des arcs branchiaux restent a definir. Deux autres genes homologues au gene eya1, codant pour des proteines caracterisees par leur region c-terminale tres semblable ont ete identifies. La perte de la fonction eya chez la drosophile, provoque une augmentation de la mort cellulaire programmee des cellules progenitrices de l'il. Il est probable que les genes de la famille eya nouvellement identifiee interviennent dans le developpement en limitant les phenomenes apoptotiques.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 180 P.
  • Annexes : 352 REF.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Diderot - Paris 7. Service commun de la documentation. Bibliothèque Universitaire des Grands Moulins.
  • Accessible pour le PEB
  • Cote : TS1997
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.