Les raisons du "deja-vu" que la raison ignore

par NATHALIE BAUMEL

Thèse de doctorat en Psychologie

Sous la direction de GISELE HARRUS REVIDI.

Soutenue en 1997

à Paris 7 .


  • Résumé

    Lors de l'experience du "deja-vu" le sujet a l'impression forte qu'il a deja vecu identiquement la situation presente. Cette reconnaissance fugitive concerne l'integralite de la situation reconnue. Le "deja-vu" a ete mis en valeur par notre etude aupres de 571 adolescents et enfants comme appartenant a la psychopathologie de la vie quotidienne. Lors du "deja-vu" s'opere un clivage moique puisqu'une partie du moi est impressionnee par le leurre d'une repetition d'un episode de vie et l'autre non, restant critique. Le "deja-vu" est un mecanisme de defense au service du moi erige par lui en des circonstances particulieres bien que pouvant paraitre banales au premier abord. Les dites previsions qui l'accompagnent dotent fallacieusement le sujet d'un savoir preliminaire, d'une anticipation et donc d'une maitrise de la situation. Ces illusions constituent des reassurances capables de lutter contre le trauma et visant a garantir selon une logique animiste la realisation d'un desir cher, qu'il s'agisse d'un desir d'autoconservation en des circonstances jugees dangereuses ou de quelque fantasme potentiellement actualisable. Le "deja-vu" releve de la toute-puissance de la pensee. Nous le concevons en tant que projection sur l'ecran du passe sous forme de souvenir de ce que le sujet desire ardemment pour l'avenir imminent. Le sujet impose ainsi que ce qu'il veut sera puisque cela a deja ete par le passe, le souvenir tenant lieu de confirmation. L'etiolement inattendu de la barriere qui separe fantasmes, reveries et realite lors de certaines situations s'apparentant au reve favoriserait ce retour a l'omnipotence. C'est effectivement en reve que les desirs se realisent de par la toute-puissance du sujet qui en a le controle.


  • Résumé

    When someone has the sensation of the "deja-vu", he feels he's already lived the actual situation. This transitory recognition that anyone can feel concern the whole situation which is recognized. This phenomenon belonging to the psychopathology of the daily life has been revealed by our investigation with 571 teenagers end children. When occur the "deja-vu" an ego cleave take place. One part of the self believe in the illusion of a repetition of an episode of life and the other part of the self remain critical. The "deja-vu" is a defence mechanism erect by the self when arrive particular circumstances even if they first seem communal. The so-called previsions which go with it endow fallaciously the subject of an preliminary knowledge, of an anticipation and then of a control of the event. These illusions constitute reassurances able to fight against traumatism and aiming at warrant according to an animist logic the realization of a dear desire, desire of a self-protection or some potentially actualizating phantasm. The "deja-vu" raise of the omnipotence of the mind. We conceive it as a projection on the screen of the past of a dear desire for the imminent future in the form of a memory. The subject impose, indeed, that what he wants will be because he has got the confirmation (the memory) that it's already happened in the past. The possible and unexpected atrophy of the fence which separate reveries, phantasms from reality of some situations looking almost from dreams would be favourable of this return of omnipotence. Its effectively in dreams that desires materialize owning to the omnipotence of subjects which have their control.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol., 400 p.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 99 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Diderot - Paris 7. Service commun de la documentation. Bibliothèque Universitaire des Grands Moulins.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.