Regulation des couplages du recepteur du gnrh dans une lignee cellulaire gonatrope (alphat3-1)

par BENOIT POULIN

Thèse de doctorat en Sciences biologiques fondamentales et appliquées

Sous la direction de SOPHIA DROUVA.

Soutenue en 1997

à Paris 6 .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    Ce travail montre que dans la lignee gonadotrope alphat3-1, le gnrh active sequentiellement les phospholipases c (plc), a 2 (pla 2) et d (pld). Les seconds messagers mis en jeu suite a ces activations, participent a la coordination dans le temps des differentes voies de transduction du gnrh et donc de la reponse cellulaire au neuropeptide. Le gnrh induit la formation d'i(1,4,5)p 3 et de diacylglycerol ainsi que la mobilisation rapide du calcium des stocks intracellulaires, puis une production d'acide arachidonique, un influx de calcium a travers les canaux calciques sensibles au voltage (vscc) et une formation tardive d'acide phosphatidique converti en diacylglycerol. Ensuite nous avons montre que les differents isoformes de la proteine kinase c (pkc) presentes dans ces cellules (pkcalpha, betaii, delta, epsilon, eta et zeta), sont differentiellement regulees par le gnrh et un ester du phorbol (tpa). Les 1 e r e s phases de diacylglycerol et de la reponse calcique stimulent certaines isoformes de la pkc qui regulent alors negativement les couplages du recepteur du gnrh avec les plc et pla 2, puis en coordination avec les vscc, stimulent la pld. Par la suite, l'acide arachidonique et la 2 e m e phase de diacylglycerol peuvent activer les vscc et differentes isoenzymes de la pkc ce qui provoquerait l'entretien de la stimulation a long terme de la pld. Nous avons montre par ailleurs que le gnrh induit d'une facon dependante de la pkc la phosphorylation de la stathmine, une proteine cytosolique relais des seconds messagers produits en reponse au gnrh. De plus, des expositions prealables au gnrh des cellules induisent une desensibilisation differentielle au cours du temps des activites des pla 2, plc et pld en reponse au neuropeptide. Cette desensibilisation homologue, independante des isoformes de la pkc sensibles au tpa, pourrait participer a la diminution de sensibilite des cellules observee apres de longues expositions au gnrh.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 272 p.
  • Annexes : 399 ref.

Où se trouve cette thèse ?