Contribution a l'etude de la comprehension des phenomenes chimiques engendrant la corrosion feuilletante des alliages d'aluminium et de la quantification de cette corrosion

par CRYSTELE KUNTZ LAGUERRE

Thèse de doctorat en Sciences appliquées

Sous la direction de HISASHI TAKENOUTI.

Soutenue en 1997

à Paris 6 .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    Les alliages d'aluminium, utilises dans l'aeronautique, presentent des caracteristiques mecaniques elevees. Cependant, ces alliages a haute performance sont sensibles a la corrosion structurale et notamment la corrosion feuilletante. La corrosion feuilletante se caracterise par la dissolution preferentielle d'une phase anodique situee, generalement, aux joints de grains, et par la deformation de la surface du materiau, due aux forces de pression exercees par les produits de corrosion. A l'heure actuelle, il est difficile de reproduire en laboratoire la corrosion feuilletante rencontree sur avions : les problemes sont a la fois qualitatifs et quantitatifs. Problemes qualitatifs car il n'existe pas de test accelere en laboratoire determinant de maniere fiable la sensibilite a la corrosion feuilletante. Le test de reference, pour l'industrie aeronautique est l'exposition sur site marin pendant une annee. Problemes quantitatifs car il n'existe pas de methode pour connaitre la repartition surfacique et la profondeur de corrosion. Pour elaborer un test determinant la sensibilite a la corrosion feuilletante, il nous faut tout d'abord, comprendre le role de l'environnement sur les conditions de developpement de ce type de corrosion. Pour ce faire, nous avons entrepris l'etude des parametres constituant les tests acceleres en laboratoire. Par ailleurs, nous avons installe une station de corrosion sur site marin, pour suivre l'evolution de la corrosion en fonction des conditions climatiques. Il apparait que, pour accelerer la corrosion feuilletante, il faut creer : * des produits de corrosion volumineux et/ou accelerer la formation des produits de corrosion et/ou reduire leur dissolution. En ce qui concerne la quantification de la corrosion, nous avons etudie des methodes electrochimiques ainsi que des controles non destructifs. Il s'avere que les impedances electrochimiques distinguent la corrosion par piqures des corrosions intergranulaire et feuilletante. Par contre, cette technique ne peut pas quantifier la corrosion feuilletante. Les controles par ultrasons quantifient, quant a eux, la corrosion feuilletante. Il est ainsi possible d'obtenir une cartographie en profondeur de corrosion de l'echantillon. Le test est donc objectif et global.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 157 P.
  • Annexes : 66 REF.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Pierre et Marie Curie. Bibliothèque Universitaire Pierre et Marie Curie. Section Biologie-Chimie-Physique Recherche.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : T Paris 6 1997 407
  • Bibliothèque : Centre Technique du Livre de l'Enseignement supérieur (Marne-la-Vallée, Seine-et-Marne).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : PMC RT P6 1997
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.