La socialité au café de Fès au Maroc et ceux de la Goutte d'or à Paris

par Amar Mlahi

Thèse de doctorat en Sociologie

Sous la direction de Michel Maffesoli.

Soutenue en 1997

à Paris 5 .


  • Résumé

    Décrire ce qui se passe aux cafés de Fès et de la goutte d'or, c'est en quelque sorte décrire l'histoire sociale de nos sociétés. Ecrire pour la première fois l'histoire des cafés du Maroc et notamment ceux de Fès à travers les divers témoignages recueillis sur le terrain, c'est aussi une manière de conserver une partie de la mémoire collective et de la culture populaire. Les différents types de cafés a la goutte d'or servent de lieux d'identification et de prolongement de la culture de + l'immigre type. A la goutte d'or comme à Fès, le rôle du café reflète non seulement l'espace du quartier ou il est implanté mais aussi une certaine manière d'être du client au sein des ambiances spécifiques de chaque établissement. Cependant, les différentes causes qui poussent les gens à venir aux cafés et la richesse de ce qui se dit et de ce qui se fait n'ont pas pu être décelées sans recours à la sociologie de la vie quotidienne qui intègre la méthode qualitative et la théorie compréhensive. Cette dernière prend en considération l'ordinaire et la passion, tout en les reliant à l'ambiance du lieu, formant ainsi un style de vie bien particulier. A chaque café correspondent une atmosphère et une clientèle. Nous pouvons même dire que le café est en quelque sorte la vitrine de tout ce qui se passe dans la société. Il suffit d'écouter ce qui se dit entre les clients autour des tables (histoires personnelles, plaisanteries, humours, conversations, faits divers, imaginaire, secrets, ventes, achats, etc. ) Et observer en même temps leur comportement à travers leurs manières de communiquer, de jouer, de parler, de s'habiller, de consommer, etc. Pour se faire une idée de ce qu'est la société dans sa profondeur. Au café, les contradictions et les oppositions cohabitent avec harmonie, le sacre se confond avec le profane, la modernité avec la tradition, le paraitre avec l'être, le jeu avec le travail, le sérieux avec le frivole, etc. L'effort spontané réconforte la passion. La ruse, les mensonges, l'humour et la triche occupent souvent le devant de l'espace-temps café dans le but de perdurer une socialité joviale recherchée. Le bruit, la fumée et l'exiguïté des cafés, a l'oppose du calme et du vide de ces lieux, procurent la joie de vivre, et ne constituent en aucun cas un obstacle de fréquentation. C'est dans ce cadre que les clients oublient leurs malheurs, leurs souffrances et l


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (411 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. 361-375 f. index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Descartes - Bibliothèque de Sciences Humaines et Sociales Descartes - CNRS (Paris). Service commun de la documentation.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.