La Biélorussie : géographie historique et culturelle d'un espace sous influence

par Yann Richard

Thèse de doctorat en Géographie

Sous la direction de Jean-Robert Pitte.

Soutenue en 1998

à Paris 4 .


  • Résumé

    Cette étude a pour objet de faire le bilan spatial de la période soviétique à partir de la géographie de la Biélorussie actuelle. Une bonne part de la presse et de l'opinion publique et de la presse internationales pense que la Biélorussie est un état totalement soviétisé et russifié. Mais cette vision est trop schématique et mérite d'être sensiblement nuancée. La période soviétique a permis la création d'un état territorial unifié et d'un espace économique homogène et cohérent, presque ex nihilo, grâce à la stabilisation des frontières, à la construction d'un dense réseau de transports et d'un véritable appareil industriel. A la veille des révolutions de 1917, rien ne laissait encore penser qu'un tel état ferait ici son apparition. La Biélorussie, telle qu'on la connait aujourd'hui, est littéralement une construction souhaitée par les soviétiques. On peut dire par conséquent que la soviétisation a globalement fonctionné, à l'échelle nationale. Mais une étude de détail de l'espace biélorussien prouve que souvent le projet soviétique n'a pas été réalisé. C'est en matière de politique urbaine que la soviétisation a été la plus radicale et la plus aboutie. Un réseau strictement hiérarchisé de villes et une trame remarquablement géométrique ont été créés de toutes pièces. En revanche, l'espace culturel reste traversé par les mêmes lignes de force et divisé par les mêmes contrastes qu'au XIXe siècle : dualité religieuse évidente, mosaïque des langues et des dialectes, inadéquation persistante de la géographie des langues et des nationalités déclarées. . . En ce qui concerne l'espace rural, la période soviétique a provoqué une mutation de la géographie des productions. Mais la géographie des formes de l'habitat rural se distingue par sa remarquable continuité depuis le XIXe siècle jusqu'à nos jours. Cette continuité géographique s'explique autant par des facteurs évènementiels que structurels, propres aux confins occidentaux de l'empire russe puis soviétique.

  • Titre traduit

    Belarus : historical and cultural geography of a country under influence


  • Résumé

    This dissertation is an evaluation of the geographical results of the soviet period in present Belarus. A lot of journalists throughout the world and a large part of international public opinion think that Belarus is a totally sovietized and russified country. But this idea is quite schematic and must be qualified. During the soviet period, Belarus' became a state with a unified territory. In the same time, the soviets created a really homogeneous economic space. They managed to stabilize the boundaries and to construct a dense communication network and to create a national industry. In the beginning of the twentieth century, nothing showed that a state should appear in this area. Present Belarus is a creation planned by the soviets. At the national level, sovietization worked very well. But a precise and detailed research shows that the soviet project often did not succeed. The sovietization obviously worked in the cities: the soviets managed to create a really geometrical city network throughout the country. On the contrary, the cultural geography is quite the same as in the tsarist period, as far as religions, languages and nationalities are concerned. The geography of the agricultural productions has changed a lot since 1917. But the geography of the different forms of rural habitat had not changed at all. This geographical continuity can be explained by historical events or by permanent characteristics of local geography.

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2003 par l'Harmattan à Paris [etc.]

La Biélorussie : une géographie historique


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (467 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bilbliogr. f. 437-458

Où se trouve cette thèse ?