Pœ́tique et théorie de la fiction. Des traités de poétique de la fin de la renaissance italienne à l'œuvre du théoricien français Jean Chapelain (1595-1674). Avec une traduction annotée et commentée de la "pœ́tique" de Daniel Heinsius (de tragoedioe constitutione, leyde, 1611).

par Anne Duprat

Thèse de doctorat en Littérature comparée

Sous la direction de Georges Forestier.

Soutenue en 1998

à Paris 4 .


  • Résumé

    L'idee de ce travail est venue d'un texte celebre de g. Genette, opposant dans fiction et diction les poetiques du classicisme qui seraient des "poetiques de la fiction", aux poetiques contemporaines qui, elles, definissent la litterarite par la "diction". L'espace de temps que l'on considere ici comme celui du "classicisme theorique" coincide donc, non pas avec celui du classicisme historique, mais plutot avec l'evolution d'une reflexion poetique au cours de laquelle les poetes et les savants de la renaissance, puis du premier xviieme siecle francais, ont tente de reprendre a aristote son principe de definition de la litterature comme mimesis, et de l'adapter a la production et a la critique de nouvelles oeuvres - effort acheve lorsque les theoriciens du classicisme proprement dit donneront leur forme "historique" a ces theories. En voulant verifier l'hypothese de g. Genette, on s'est apercu que les theoriciens francais qui, a la suite des italiens, ont cherche une pensee de la litterature dans les doctrines poetiques des anciens sont en effet arrives a une definition de la litterarite par le critere de la fiction11 - c'est le cas, en particulier, de jean chapelain, l'un des principaux fondateurs de ce qui allait devenir la doctrine poetique du classicisme. Cependant, ils n'entendaient pas seulement saisir par la le contenu de l'oeuvre, et leur propos, dans son ambiguite meme, reproduit en realite l'ensemble des questions que l'on peut poser a une oeuvre d'art ecrite, lorsqu'on veut la definir comme telle. 11 sous ce terme de fiction, je designe egalement les notions qui, dans le vocabulaire latin, italien et francais des xvi et xviieme siecles, redistribuent ses differents emplois : la fable est le principal d'entre eux, et c'est pourquoi l'on a joint a ce travail une traduction et un commentaire du de tragoedloe constiiutione de d. Heinsius (1611), essentiellement consacre a l'interpretation de la notion aristotelicienne de "fable".


  • Pas de résumé disponible.

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2009 par H. Champion à Paris

Vraisemblances : poétiques et théorie de la fiction, du Cinquecento à Jean Chapelain, 1500-1670


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1084 p.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 600 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne Paris 4. Service commun de la documentation. Bibliothèque Serpente.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : BUT 4046
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.
Cette thèse a donné lieu à 1 publication .

Consulter en bibliothèque

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2009 par H. Champion à Paris

Informations

  • Sous le titre : Vraisemblances : poétiques et théorie de la fiction, du Cinquecento à Jean Chapelain, 1500-1670
  • Dans la collection : Bibliothèque de littérature générale et comparée , 79 , 1262-2850
  • Détails : 1 vol. (408 p.)
  • ISBN : 978-2-7453-1814-5
  • Annexes : Bibliogr. p. [359]-396. Notes bibliogr. Index
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.