Unité et dualité dans l'oeuvre de Prosper Mérimée : mythe et récit

par Clarisse Réquéna

Thèse de doctorat en Littérature française

Sous la direction de Michel Crouzet.

Soutenue en 1998

à Paris 4 .


  • Résumé

    Le 30 septembre 1839, dans une lettre datée de Bastia, Mérimée écrit à son ami avignonnais, Requien, qu'il se réjouit de trouver en Corse, où il accomplit une tournée d'inspection des monuments historiques, « la pure nature de l'homme ». A partir de cette déclaration, nous avons tenté de définir une quête de l'unité chez Mérimée qui, dans les années 1820, s'essaie à l'écriture sur le thème du duel. La dualité ou la duplicité, les termes sont présentés comme équivalents dans l'avant-dernière composition de l'auteur, Lokis (1868), vont alors se déployer dans l'œuvre. Tel semble être, en effet, le constat auquel Mérimée aboutit, celui d'un monde duel qui se diffracte a la lumière de l'analyse et qui, finalement, révèle une mosaïque. Ainsi peut se concevoir le résultat de la réflexion de Mérimée qui, en 1833, croyant sa dernière heure venue, rassemble ses nouvelles sous ce titre générique de mosaïque. En fait, 1833 marquait non la mort de Mérimée mais la fin d'un cycle. En 1834, en effet, il est nommé inspecteur général des monuments historiques ; il commence sa série de tournées par le midi de la France et notamment le Roussillon où il situera l'intrigue de sa nouvelle publiée en 1837, La Vénus d'Ille. La première œuvre de cette deuxième partie de la vie de l'auteur inaugure une nouvelle étude de la dualité mais cette fois nourrie de l'érudition de l'historien archéologue et appliquée à un sujet religieux. Il s'agit, plus précisément, et ainsi que l'observe Mérimée à propos de la révolution architecturale qui s'opéra du XIIe au XIIIe siècle, dans son essai sur l'architecture religieuse du moyen âge rédigé également en 1837, « de montrer comment deux styles [. . . ] si différents en apparence lorsqu'on les considère chacun à son point de développement, se confondent pour ainsi dire insensiblement à leur point de transition ». Il nous a semblé que cette considération pouvait s'appliquer aussi au passage du panthéisme au christianisme dont La Vénus d'Ille constitue une illustration

  • Titre traduit

    Unity and duality in Propser Mérimée's work : myth and narrative


  • Résumé

    On September 30th, 1839, in a letter dated from Bastia, Merimee wrote to his friend from Avignon, Requien, that he is glad to find in Corsica, where he is doing an inspection tour of historical monuments, “man's pure nature”. Starting from this statement, we have tried to define a quest for unity in Merimee’s who, in the 1820's, is trying to write on the subject of duel. Duality or deceit, terms which are shown as equivalent in the one but last writing of the author, Lokis (1868), will then come out in his work. Such is, in fact, the finding to which Merimee comes up, a dual world that diffracts under the light of analysis and which, finally, reveals a mosaic. As such should we understand the result of Merimee’s thought who, in 1833, thinking his last hour approaching, puts his novels together under the generic title of mosaique. In fact 1833 didn't point to the death of Merimee but to the end of a cycle. Indeed, in 1834, he is appointed to the post of general inspector of historical monuments; for his series of tours he takes as a start the south of France and most noticeably the Roussillon where he will set up the intrigue of his novel published in 1837, la Vénus d'Ille. The first work of this second part of the author's life ushers in a new concept on duality this time brought out from the erudition of the historian and archeologist and applied to a religious theme. It is, more precisely, and as Merimee points out concerning the architectural revolution which took place between the 12th and 13th century in his essay Sur l'architecture religieuse du moyen âge also written in 1837, “to show two styles apparently so different when one considers each from his own point of development, will merge we may say to their point of transition”. It brings us to believe that this kind of thought could well be applied to the crossing from pantheism to christianism which La Vénus d'Ille is a picture of.

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2000 par H. Champion à Paris

Unité et dualité dans l'oeuvre de Prosper Mérimée : mythe et récit


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol., 524 p.
  • Annexes : 199 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne Paris 4. Service commun de la documentation. Bibliothèque Serpente.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : BUT 4095

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TMC 6648
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.
Cette thèse a donné lieu à 1 publication .

Consulter en bibliothèque

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2000 par H. Champion à Paris

Informations

  • Sous le titre : Unité et dualité dans l'oeuvre de Prosper Mérimée : mythe et récit
  • Dans la collection : Romantisme et modernités , 32 , 1169-2944
  • Détails : 1 vol.ume (446 p.)
  • ISBN : 2-7453-0184-5
  • Annexes : Bibliogr. p. [407]-420. Index
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.