Le "relativisme de la chaire" : structure théorique du relativisme cognitif en sociologie de la connaissance scientifique et raisons de son succès

par Michel Dubois

Thèse de doctorat en Sociologie

Sous la direction de Raymond Boudon.

Soutenue en 1997

à Paris 4 .


  • Résumé

    Notre analyse des rapports entre la sociologie de la connaissance scientifique et la doctrine du relativisme cognitif possède quatre objectifs : - identification, par-delà la diversité de ses manifestations empiriques, de la permanence du principe de relativité au sein de la démarche de la sociologie de la connaissance et dissociation de ce principe général de la doctrine du relativisme cognitif. - établir la structure argumentative propre à la doctrine du relativisme cognitif et en fournir une évaluation critique à partir de l'observation de ses manifestations dans la sociologie de la connaissance scientifique contemporaine (Bloor, Collins, Latour, etc. ). - rendre compte des principales théories sociologiques du relativisme en général et développer à partir de l'analyse d'une polémique internationale récente à laquelle ont été mêlés relativistes et anti-relativistes - l'affaire « Sokal » - un modèle explicatif pluricausal susceptible de rendre raison de l'adhésion à la doctrine du relativisme cognitif - mettre à l'épreuve ce modèle explicatif en quittant la sphère étroite de la sociologie de la connaissance scientifique pour rendre compte de la diffusion de la doctrine du relativisme cognitif dans d'autres domaines que la sociologie. Cette analyse se veut avant tout constructive : il s'agit de définir progressivement, à travers la mise en œuvre d'une réflexion critique, les caractéristiques d'une conception « acceptable » de la sociologie de la connaissance scientifique. Cette acceptabilité, étant selon nous, étroitement liée à la capacité de cette dernière à établir la contextualité des phénomènes cognitifs et des comportements qui s'y rapportent sans pour autant renoncer à penser leur rationalité intrinsèque.

  • Titre traduit

    Theoretical Structure of Cognitive Relativism in Sociology of Scientific Knowledge and Reasons of its Success


  • Résumé

    Our analysis of the relations between sociology of scientific knowledge and cognitive relativism has four goals: - identification, through the diversity of its empirical forms in classical sociology of knowledge, of the permanence of the “relativity principle” and dissociation of this principle from the doctrine of cognitive relativism. - critical study of the argumentative structure of cognitive relativism in contemporary sociology of scientific knowledge (Bloor, Collins, Latour. . . ) - elaboration of a sociological explanation of its success in sociology of scientific knowledge. - test our explanation by finding out whether it can help us to understand the diffusion of cognitive relativism outside of sociology. This work wants to contribute to the renovation of the sociology of scientific knowledge; a renovation inspire by the necessity of thinking both rationality and contextuality of cognitive phenomena.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (535 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 330 ref.

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Sorbonne Université. Bibliothèque de Sorbonne Université. Bibliothèque Serpente.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : BUT 3981

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne. Fonds général.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TMC 6502
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.