Les républicains du Havre au XIXe siècle (1815-1889)

par Pierre Ardaillou

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de Jean-Pierre Chaline.

Soutenue en 1997

à Paris 4 .


  • Résumé

    Ville libérale sous la Restauration, puis ministérielle sous la Monarchie de Juillet, Le Havre n'accueillit la Seconde République qu'avec réticence et son républicanisme fut modéré. La recherche d'une voie intermédiaire entre le parti de l'ordre et les démocrates-socialistes conduisit à l'échec. Pourtant, un courant républicain réapparut au début des années 1860 et devint majoritaire à la veille de la guerre, grâce à l'union fragile entre le négoce libéral et la démocratie avancée. C'est l'expérience du siège par les prussiens qui enracina définitivement la République, devenue synonyme de résistance à l'invasion étrangère. Le Havre fut désormais un des bastions du républicanisme opportuniste. Cette évolution s'explique par l'attitude des élites locales. Porte océane de la France, Le Havre a attiré tout au long du siècle des jeunes gens venus y faire fortune. La République, soucieuse d'affirmer l’égalité des chances grâce à l'instruction et de promouvoir la réussite individuelle, leur est apparue comme le régime idéal. Le protestantisme d'une partie des élites a aussi joué en facilitant le glissement du libéralisme politique et économique au républicanisme. Le triomphe de Marianne est, par ailleurs, indissociable de l'attitude des populations ouvrières de la ville qui se sont radicalisées dès le Second Empire, tout en faisant confiance aux élites libérales et républicaines qui lui présentaient la République comme synonyme de progrès pour tous grâce au développement de l'instruction, au mutualisme et à la conciliation entre ouvriers et patronat. L'enracinement du nouveau régime s'explique, enfin, par la mise en place d'une sociabilité républicaine. Ont été créés des comités et des cercles, mais aussi des sociétés d'instruction, des bibliothèques, des sociétés de secours mutuel, des sociétés de gymnastique ou de tir, des orphéons. Ils ont été autant de lieux où les dirigeants républicains ont pu être au contact des populations ouvrières et diffuser les idéaux démocratiques.

  • Titre traduit

    The Republican Movement in Le Havre during the XIXth Century (1815-1889)


  • Résumé

    Having been a liberal city during the restoration and a pro-government city during the Monarchy of July, Le Havre accepted the Second Republic only reluctantly, with the result that it never fully embraced the Republican ideal. The search for an intermediate path between the "parti de l'ordre" and the "démocrates-socialistes" ended in failure. Yet, a republican movement emerged at the beginning of the 1860s as a result of a fragile union between liberal merchants and democrats. The Prussians ‘siege of the town meant that the Republic was permanently adopted, for it had become synonymous with the resistance to foreign invasion. Henceforth, Le Havre became one of the bastions of opportunistic republicanism. This evolution was due to the attitude of the local elites. As one of the main ports of France, Le Havre acted as a magnet for young people eager to make their fortune throughout the century. The Republic which was eager to ensure equal opportunity for all through education and to encourage individual achievement appeared to them to be the ideal form of government. The fact that part of the elite was protestant also played a part in the shift from political and economic liberalism towards republicanism. In other respects, the success of the Republic is inextricably linked to the attitude of the city's working class which veered over to the left as early as the Second Empire, while trusting the liberal and republican elites who were portraying the Republic as synonymous with progress for all through the development of education, trade unions and constructive agreement between workers and employers. Finally, the adoption of a new political regime can be explained by the emergence of a republican sociability. Committees and clubs, societies promoting education, gymnastic or shooting clubs, and choral societies were created. These all served as places where the republican leaders could come into contact with the working class and spread the democratic ideals.

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 1999 par Publications de l'université de Rouen et du Havre à Rouen

Les Républicains du Havre au XIXe siècle, 1815-1889


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 4 vol. (993 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 605 ref.

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Institut de recherches historiques du Septentrion. Bibliothèque.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MIC TH 2488
  • Bibliothèque : Sorbonne Université. Bibliothèque de Sorbonne Université. Bibliothèque Serpente.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : BUT 3979

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne. Fonds général.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TMC 6587
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.

Consulter en bibliothèque

Cette thèse a donné lieu à une publication en 1999 par Publications de l'université de Rouen et du Havre à Rouen

Informations

  • Sous le titre : Les Républicains du Havre au XIXe siècle, 1815-1889
  • Dans la collection : Publications de l'université de Rouen , 256
  • Détails : 1 vol. (452 p.)
  • ISBN : 2-87775-254-2
  • Annexes : Bibliogr. p. [417-434]. Notes bibliogr. Index
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse\u00a0?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.