L'architecture à Dijon de 1540 à 1620

par Henri-Stéphane Gulczynski

Thèse de doctorat en Histoire de l'art

Sous la direction de Jean Guillaume.

Soutenue en 1997

à Paris 4 .


  • Résumé

    L'architecture connait une importante évolution à Dijon de 1540 à 1620. Celle-ci affecte les enceintes, l'église saint-michel, le palais de justice, l'ancien logis du roi (actuel palais des etats et des ducs), le collèges des jésuites dit des godrans. L'habitat se renouvelle sans cesse. Les demeures les plus significatives sont les hôtels Legouz de Gerland et Viard vers 1540, de Benigne serre et de Gerland entre 1540 et 1550, l'hôtel Berbis et le no 14 de la rue chaudronnerie dans les années 1550, la maison Maillard et les hôtels Fyot de Mimeure, le Compasseur et Jeannin entre 1560 et 1600. Cette évolution culmine avec l'hôtel de vogue (1614-1618), le plus important de la période. Celle-ci animée par trois générations locales d'artistes amateurs ou praticiens : Jean Damotte et Jean Brouhee (années 1540-1550); Hugues Brouhee, Hugues Sambin et Nicolas Ribonnier (années 1560 à 1600); Guillaume Tabourot, Helye Clamonnet et Etienne Bouhier (années 1610). Leurs activités propres sont mieux connues grâce aux sources d'archives et à l'analyse stylistique. Il faut aussi mentionner l'intervention notoire d'Etienne Martellange. Les années 1540-1550 sont caractérisées par l'assimilation du langage architectural de la renaissance. Le chantier de saint-michel joue alors un rôle décisif, bien que sans grand effet sur les demeures du moment. A partir des années 1550, maisons ornées et hôtels particuliers, qui se multiplient sous l'impulsion d'une clientèle aisée issue de plus en plus souvent du monde parlementaire, suivent des conventions locales, prévalant jusque vers 1620 avec des variantes plus maniéristes entre 1560 et 1600, plus classicisantes dans les années 1610, dont l'hôtel de vogue offre le meilleur exemple, vrai point d'aboutissement d'une histoire originale, sans réel équivalent parmi les autres villes de province de la moitie nord de la France de cette dimension.


  • Résumé

    Architecture evolved dramatically in Dijon from 1540 to 1620, with a visible effect on the city walls, St Michel's church, the lawcourts, the former logis du roi (currently Palais des ducs et des états de Bourgogne) and the jesuits' college (called des Godrans). Dwellings were constantly put up and renovated, the most significant private mansions being the hotels Legouz de Gerland and Viard (c. 1540), de Benigne Serre and de Gerland (between 1540 and 1550), the hotel Berbis and number 14 rue chaudronnerie (in the 1550s), the maison Maillard and the hotels Fyot de Mimeure, le Compasseur and Jeannin (between 1560 and 1600). The climax of this evolution was the hotel de vogue (1614-1618), the most momentous example of a period in which lived and worked three generations of amateur and professional artists : Jean Damotte and Jean Brouhee (in the 1540s and 1550s); Hugues Brouhee, Hugues Sambin and Nicolas Ribonnier (from the 1560s to 1600); Guillaume Tabourot, Helye Clamonnet and Etienne Bouhier (in the 1610s). Their individual works are now better known thanks the archival sources and a study of style. The noteworthy contribution of Etienne Martellange is also to be mentioned. The 1540s and 1550s were remarkable for the gradual assimilation of the architectural style of the renaissance. St Michel's church, then under construction, played a decisive role, though without much significant effect on contemporary dwellings. From the 1550s onward, the construction of houses with sulptural facades and private mansions, developing with the patronage of well-to-do citizens, more often than not members of the Dijon parliament, abided by local conventions which prevailed until about 1620, with mannerist variations between 1560 and 1600 and more classical ones in the 1610s - the best example being the hotel de vogue, the culmination of an original history the like of which is not to be found in any other provincial city of similar dimension in the northern half of France.

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2000 par Presses universitaires du Septentrion à Villeneuve d'Ascq

L'architecture à Dijon de 1540 à 1620


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 3 vol. (921 p.)

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Centre d'études supérieures de la Renaissance. Bibliothèque.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : mC7 75 j3/Dij
  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne Paris 4. Service commun de la documentation. Bibliothèque Serpente.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : BUT 3854

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TMC 5739
  • Bibliothèque : Institut national d'histoire de l'art. Collections Jacques Doucet (Paris). Bibliothèque.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : MFiche 223/2015
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.
Cette thèse a donné lieu à 1 publication .

Consulter en bibliothèque

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2000 par Presses universitaires du Septentrion à Villeneuve d'Ascq

Informations

  • Sous le titre : L'architecture à Dijon de 1540 à 1620
  • Dans la collection : Thèse à la carte
  • Détails : 2 vol. (921 p.)
  • Notes : T. 1, Texte. T. 2, Illustrations.
  • ISBN : 2-284-00876-3
  • Annexes : Bibliogr. p. 549-565. Notes bibliogr.
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.