Franz kafka le silence et la musique

par ANNE-MARIE MAZZEGA BACHELET

Thèse de doctorat en Études germaniques

Sous la direction de Pierre Brunel.

Soutenue en 1997

à Paris 4 .


  • Résumé

    On a considere l'oeuvre comme un espace imaginaire proche de celui que deploie le theatre baroque, avec des scenes formant labyrinthe. Dans cet espace se represente une quete de la musique a travers le silence. Au commencement etait la musique. . . Les nouvelles josephine la cantatrice ou le peuple des souris et les recherches d'un chien, ecrites a la fin de la vie de kafka, nous parlent de la musique a l'origine du groupe et de l'individu. Elle a existe dans le passe du peuple des souris et elle est au coeur d'une experience hallucinatoire survenue dans l'enfance du jeune chien. La musique nous parait tout d'abord designer la mystique, moment mythique qui selon gershom scholem dans les grands courants de la mystique juive, a precede les religions instituees par la parole divine et son ecriture, la loi. La musique est perdue, la parole divine s'est eloignee, les heros kafkaiens, gregoire dans la metamorphose, ulysse et les sirenes aphones du silence des sirenes, le peuple des chiens, tous se taisent. Le silence ne nous parait pas etre cependant le dernier mot de l'ecrivain. Josephine la cantatrice. S'est autorisee a parler. Sa voix est un sprechgesang, trace de musique sur fond de silence. Nous l'avons liee aux recherches du chien, en quete de la musique revelee lors de la scene inaugurale. Le jeune lui permettra de retrouver le son mystique. Nous avons interprete cette quete comme celle ou l'ecriture se trace. Elle nait du "cri" du corps torture et qui meurt. Leur condamnation s'inscrit sur le corps des supplicies de la colonie penitentiaire. La voix de josephine, qui est l'ecriture meme de kafka emerge du silence. Elle indique la place de la musique au-dela du langage et au-dela du silence. Car le silence et la musique sont lies par un paradoxe essentiel pour la comprehension de l'oeuvre. Il faut savoir lire au coeur de la musique le silence qui y a laisse sa trace et au coeur du silence la place de la musique.


  • Résumé

    We considered kafka's work like the imaginary space opened by the baroque theater, with scenes forming a labyrinth. In this space appears the quest of the music. In the beginning was the music. . . Josefine the singer or the mice people and the researches of a dog, two short stories written at the end of kafka's life, tell us about the music at the origin of the group and of the individual. Music was living in the past of the mice people and resonates during the hallucination experienced by the dog in his childhood. The music seems for us to represent firstly the mystic, a mythical moment which comes before the founding of religions by the word of god and his written transcription, according to gershom scholem in the messianic idea in judaism. The word of god is far away ; kafka's heros, gregor in the metamorphosis, ulysses and the voicelesses sirens of the silence of the sirens, the dog people in the researches of a dog are silent. But silence is not for us kafka's last word. Josefine the singer allowed herself to speak. Her voice is sprechgesang, a trace of music in the silence. We linked it to the dog's searches of the revealed music in the inaugural scene. Thanks to the fasting, the mystical sound came back. We interpreted the quest like the track of writing. Writing rises from the cry of the tortured bodies in the penitentiary colony. They are the textes where the condemnations are inscribed. Josefine's voice, kafka's writing, emerges from the silence, indicating the place of the music beyond language and beyond silence. Silence and music are tied indeed by a paradox. We must learn to read in kafka's work the silence in the heart of the music and the place of the music in the heart of the silence.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol., 474 p.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 161 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université d'Evry-Val d'Essonne. Service commun de la documentation. Bibliothèque centrale.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : 830 MAZ fra
  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne Paris 4. Service commun de la documentation. Bibliothèque Serpente.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : BUT 3841
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.