L'iconographie bouddhique et le portrait chinois d'après les manuscrits enluminés du Sûtra des dix rois de Dunhuang

par Moh-Chour Horng

Thèse de doctorat en Études indiennes et extrême-orientales

Under the supervision of Flora Blanchon.

defended on 1997

à Paris 4 .


  • Résumé

    Le Sûtra des dix rois est diffèrent des sutras authentiques en provenance de l'Inde en ce qu'il est une œuvre apocryphe. Au début du texte se trouve une inscription mentionnant que le récit a été raconté par le moine Zangchuan approximativement vers la deuxième moitié du VIIIe siècle. Le Sûtra des dix rois comprend deux versions : la version I est plus longue, et, elle est souvent accompagnée d'illustrations. Nous ne connaissons pas le sutra des dix rois avant que le moine Wang Yuanlu ne le découvre par hasard dans la grotte no 17 de Mogao dans le district de Dunhuang (province du Gansu), en Chine, le 26 mai 1900. Sir Aurel Stein et Paul Pelliot étaient sur la route de la soie, et plus spécialement à Dunhuang, le premier en 1907 et 1914 et le dernier en 1908, ont rapporté des manuscrits et des objets d'art de la grotte no 17. Les pièces rapportées par Aurel Stein sont conservées au British Museum, à Londres, et celles rapportées par Paul Pelliot sont conservées à la bibliothèque nationale de France et au musée Guimet, à Paris. Le Sûtra des dix rois influença la conception chinoise des enfers, de ses juges et des châtiments qu'on y inflige. L'iconographie du sutra des dix rois comprend le bouddha, des bodhisattvas, les dix rois des enfers, le moine Daoming, les greffiers, les enfants du bien et du mal, les geôliers, les démons Niutou et Mamian, les défunts-criminels, le miroir karmique, la balance chinoise, et enfin les donateurs. Le sutra des dix rois détermine les positions des chefs des enfers et donne les moyens d'échapper au passage dans les enfers. Il donne aux fidèles l'espoir d'éviter les châtiments s'ils préparent leur vie future dans ce monde et font les purifications prévisionnelles des dix rois.


  • Résumé

    The scripture on the ten kings is differ from those scriptures come from India. It's apocrypha. This scripture was probably written in the eighth or ninth century. Two distinct versions of the text survive among the Dunhuang manuscripts, the long version include often color illustrations. The taoist Wang Yuanlu find out some manuscriptures of the scripture on the ten kings in the grotto no 17 at Mogao near Dunhuang. The scripture on the ten kings has an influence on the Chinese conception of hell and the idea of purgatory. The iconography of the scripture on the ten kings is: Buddha, bodhisattva, the ten kings, the monk Daoming, secretaries, good and bad children jailors, demons Niutou and Mamian, deads, the karma miroir, the Chinese balance and donators. The scripture on the ten kings determine positions of the ten kings in the hell and it to give the way to get away from purgatory. This scripture tell his faithful how to give the purification of the ten kings.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 3 vol., 431 p.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 285 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne Paris 4. Service commun de la documentation. Bibliothèque Serpente.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : BUT 3853

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TMC 5908
  • Bibliothèque : Institut national d'histoire de l'art. Collections Jacques Doucet (Paris). Bibliothèque.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : MFiche 223/1987
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.