Les origines intellectuelles de la philosophie politique dans l'encyclopedie de diderot et d'alembert : variations sur l'idee d'une primaute de la loi naturelle de conservation de soi

par David Diop

Thèse de doctorat en Philosophie

Sous la direction de Sylvain Menant.

Soutenue en 1997

à Paris 4 .


  • Résumé

    Dans l'encyclopedie de diderot, d'alembert et jaucourt, la politique est soumise par principe a la morale. Mais a ce principe, suscite par la crainte du despotisme, se substitue souterrainement un autre, commande cette fois par le desir de faire de la politique un objet de connaissance scientifique : celui de la primaute de la loi naturelle de conservation de soi. Or, ce principe herite de hobbes et des jurisconsultes, est difficilement conciliable avec la morale. Pourtant diderot, et dans une certaine mesure jaucourt, tente de doter la conservation de soi d'une dimension altruiste afin de concilier le droit naturel et la morale. Craint-il que l'excroissance rationnelle de la politique, la science economique, ne forge une image reductrice de l'homme susceptible d'offrir au pouvoir d'autres instruments d'alienation? de fait, la fascination qu'exerce la rigueur des sciences exactes sur une "science de l'homme" telle que la science politique, aboutit a l'elaboration d'un concept schematique de la nature humaine, caracterisee par un "amour-propre" excessif, que recuse en partie la philosophie politique de l'encyclopedie. Ainsi, le discours encyclopedique, lieu propice aux systematisations, dramatise la confrontation entre la politique, la morale et la raison.

  • Titre traduit

    The intellectual origins of the political philosophy in the encyclopeadia by diderot and d'alembert : variations on the idea of a primacy of the natural law of self-preservation


  • Résumé

    In the encyclopaedia by diderot, d'alembert and jaucourt, politics is on principle submitted to morals. But this principle, engendered by fear of despotism, is surreptitiously substituted by another, this time generated by the wish to make politics into a subject of scientific knowledge : the principle of the primacy of the natural law of self-preservation. That principle, inherited from hobbes and the jurisconsults is not easily compatible with morals. Yet diderot, and to a certain extent jaucourt, attempts to endow self-preservation with an altruistic dimension in order to reconcile natural law with morals. Does he fear that the rational excresence on politics, the economical science, may forge a reducing picture of man which could provide the power with other means of alienation? in fact, the fascination which the rigour of exact sciences exerts on a "science de l'homme" like the political science, leads to the elaboration of a schematic concept of human nature, characterized by an excessive "self-respect" which the political philosophy of the encyclopaedia partly contests. Thus the encyclopaedic discourse, a favourable place for systematization, emphasizes the confrontation of politics, morals and reason.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol., 419 p.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 202 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne Paris 4. Service commun de la documentation. Bibliothèque Serpente.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : BUT 3835
  • Bibliothèque : Université Paris Nanterre. Service commun de la documentation.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 840"17" DID 8 DIO

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TMC 5876
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.