Llumilku, scribe d'Ougarit au XIIIe siècle avant J. -C.

par Anne-Sophie Dalix

Thèse de doctorat en Histoire des religions

Sous la direction de Pierre Bordreuil et de Mireille Hadas-Lebel.

Soutenue en 1997

à Paris 4 , en partenariat avec Institut catholique de Paris. Faculté de théologie et de sciences religieuses (autre partenaire) .


  • Résumé

    Le but de cette thèse était de démontrer qu'à la lumière des dernières découvertes sur le site d'Ougarit, les textes épiques et mythologiques portant la signature du scribe llumilku était à dater du XIIIe siècle avant j. -c. , et non pas du XIVe siècle avant j. -c. , comme le pensaient les premiers fouilleurs. La démonstration s'est appuyée tant sur l'archéologie que sur l'épigraphie. Du point de vue archéologique, nous avons réexaminé le contexte dont étaient issues les tablettes "signées ». Du point de vue épigraphique, nous avons suivi la carrière de cet llumilku, seul scribe dont ces textes alphabétiques ont gardé la signature. Ces derniers présentant des caractéristiques paléographiques communes ont permis d'identifier sur d'autres tablettes anonymes la main de ce scribe et de retrouver la signature de ce dernier sur d'autres tablettes en langue akkadienne. Bref, cette étude est la première qui tente de retracer la carrière d'un scribe digraphe et bilingue. Simple scribe sous Ammistamru II (1250-1230), llumilku est promu aux plus hautes fonctions culturelles sous Niqmaddu III (1230-1215).

  • Titre traduit

    Llumilku, scribe of Ugarit on the XIIIe century B. C.


  • Résumé

    The purpose of the thesis was to demonstrate that the XIIIth century b. C. Is the datation of the epic and mythological texts who bear a colophon of the scribe llumilku and not the XIVth century b. C. The demonstration was relied on the archaeology and on the epigraphy. We had reexamined the archaeological context of the houses where had been discovered the "signed" tablets. With the epigraphy followed we the profession of this scribe llumilku. He is the alone scribe to sign with a colophon most of epic and mythological texts what he copied or written. This texts show same paleographical caracteristics. So it was enable to identify others anonymous tablets of the scribe by comparaison. We found too the signature of llumilku on the akkadian tablets. This study is the first one in which we tried to retrace the profession of the profession of a scribe who was digraphic and bilingual : simple scribe under ammistamru II (1250-1230), he was advanced to the cultural and administrative duties under niqmaddu III (1230-1215).

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol., (400 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr., vol. 2, ff. (258-284), (241 réf.). Index.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne Paris 4. Service commun de la documentation. Bibliothèque Serpente.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : BUT 3810
  • Bibliothèque : Institut catholique de Paris. Bibliothèque de Fels.
  • Non disponible pour le PEB

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Institut de recherches historiques du Septentrion. Bibliothèque.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MIC TH 2243
  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TMC 5869
  • Bibliothèque : Institut national d'histoire de l'art. Collections Jacques Doucet (Paris). Bibliothèque.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : MFiche 223/2070
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.