Mariano Fortuny, monographie critique et postérité littéraire

par Delphine Desveaux

Thèse de doctorat en Art et archéologie

Sous la direction de Bruno Foucart.

Soutenue en 1997

à Paris 4 .


  • Résumé

    Mariano Fortuny y Madrazo (Grenade 1871-Venise 1949) fut un artiste comme on les aimait pendant la Renaissance, peintre, graveur, sculpteur, architecte, éclairagiste, photographe et couturier, à la fois prolixe et surdoué. Après avoir assisté en 1893 à Bayreuth, à une représentation qu'il jugea manquée, l'envie lui vint de reformer la mise en scène et il se consacra pendant quelques années à l'électricité et inventa une coupole mobile et pliante qu'il breveta dans la majorité des pays européens. Du théâtre il passa à la mode avec son épouse Henriette, domaine encore novateur à cette époque où ils excellèrent en créant des robes et des costumes de théâtre inspirés du passé, leurs inspirations les portant autant vers la Renaissance que vers l'antiquité ou l'exotisme. Ayant reçu une formation artistique classique à l'école des Beaux-arts de Paris et à l'Accademia de Venise, Fortuny appliqua au domaine des teintures textiles l'expérience qu'il avait acquise au contact des maitres anciens et remit à l'honneur la délicatesse et l'extrême diversité des coloris vénitiens. Peintre avant toute chose comme il aimait à le dire, Fortuny livra de nombreuses toiles, photographies et dessins; il s'inspira de l'œuvre de son père, Mariano Fortuny y Marsal avec lequel il est trop souvent confondu, peignit des nus académiques, des caprices à la manière du XVIIIe siècle, des natures mortes, l'Orient, Venise évidemment, l'inspiration wagnérienne ne le quitta jamais et il sculpta quelques pièces, rares certes, mais d'une belle expressivité. Ce fut sa diversité et sa prolixité qui firent de Fortuny cette figure tant appréciée des écrivains, de Proust à Pere Gimferrer en passant par d'Annunzio, l'un de ses amis, Henri de Régnier, Paul Morand, Mary Mc Carthy et Leslie Poles Hartley, tous ont chanté ses louanges et transforme l'homme en une silhouette mythique et légendaire, en faisant de Fortuny la figure emblématique de la Venise du début du XXe siècle.

  • Titre traduit

    Mariano Fortuny y Madrazo, critic monography and literary posterity


  • Résumé

    Mariano Fortuny was an artist in the renaissance way, a painter, an engraver, a sculptor, an architect, a photographer and a fashion designer; highly productive and extremely talented. After attending a show in Bayreuth in 1893, which he judged to be unsuccessful, he was seized by the desire to transform the scenery; he devoted himself to electricity for several years and invented a mobile and folding cupola which was patented in most European countries. From the theater he moved on to fashion with his French wife Henriette, in that days, fashion was still a rare specialty and their clothes inspired from Italian and French Renaissance, by antiquity and by numerous exoticisms were very successful. With his classic education in the beaux-arts in Paris and the Accademia of Venice, Fortuny applied to the colouring of the textiles, knowledge he had gained through contact with the old masters; he reinvented the delicacy and fabulous diversity of Venetian colors. Above all a painter as he liked to see himself, Fortuny made many canevases, photographs and drawings, some inspired by the work of his father Mariano Fortuny y Marsal whose he is often confused with, he painted academic nudes, still life, caprici in the way of the XVIIIth century, oriental subjects and of course, Venice. His Wagnerian inspiration remained with him forever and he made some rare but very expressive sculptures. His diversity and abundance made Fortuny the figure so appreciated by writers from Proust to Gimferrerr, along with d'Annunzio, one of Fortuny's friend, Régnier, Morand, Mc Carthy and Hartley, who contributed to turning Fortuny into the mythical and legendary figure he became.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol., 614 p.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 425 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne Paris 4. Service commun de la documentation. Bibliothèque Serpente.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : BUT 3788

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TMC 5472
  • Bibliothèque : Institut national d'histoire de l'art. Collections Jacques Doucet (Paris). Bibliothèque.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : MFiche 223/1961
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.