Passer la Loire : ponts, bacs et gués au fil du fleuve autour de la boucle d'Orléans, les lieux de franchissements de la Loire de Cosne-sur-Loire à Chaumont-sur-Loire aux époques médiévale et moderne

par Emmanuelle Miejac

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de Léon Pressouyre.

Soutenue en 1997

à Paris 1 .


  • Résumé

    La Loire, le plus long fleuve français, fut le lieu d'une histoire riche. Roi, princes, comtes et barons se disputèrent la possession des terres qui l'environnaient. Mais au-delà de cette "grande histoire", il en existe une seconde plus intimiste, plus sociale, s'intéressant aux hommes du grand fleuve. Bateliers, meuniers, pécheurs ont vécu avec la Loire, l'ont exploité, ils ont fait son histoire. De très nombreux thèmes liés au fleuve ont été étudiés depuis le XIXeme siècle : commerce ligérien, crues dévastatrices, histoire paysanne. Le travail présenté ici s'est centré sur l'étude des passages, lieux essentiels à la vie du val de Loire et de ses alentours. Les trois années de recherche menées dans le cadre d'une thèse d'archéologie des périodes historiques sur les passages de Loire dans la généralité d’Orléans nous ont permis d'identifier plus de cinquante lieux de franchissement construits ou installes au moyen âge - XIIeme-XIVeme siècle-et dont l'utilisation a perdure jusqu'à la révolution et même parfois jusqu'à la fin du XIXeme siècle. Gués, bacs et ponts de pierre étaient les trois moyens employés par les hommes du passé pour franchir le fleuve. Au nombre de sept - distants d'une trentaine de kilomètres environ-, les ponts ont été construits, à l'initiative de seigneurs laïques et ecclésiastiques, au cours des XIIeme et XIIIeme siècles et desservaient des villes importantes possédant des routes de grande communication. Quatorze bacs permettaient le franchissement de la Loire par bateau. Distants de 10 à 15 km, ils venaient compléter l'ensemble des possibilités de traverser le fleuve. Les gués étaient produits par la conjonction de conditions climatiques et géologiques particulières. Socles rocheux, niveau d'eau faible, les laissaient apparaitre. Quatorze zones guéables ont été identifiées, reparties de façon homogène sur tout le cours de la Loire étudié. Au travers l'étude des cadres géographique, historique et administratif dans lesquels les passages ont été installés mais également par l'étude des moyens techniques de leur implantation, de leur utilisation, de leur gestion il est possible de décrire les conditions de franchissement du fleuve aux époques médiévale et moderne.

  • Titre traduit

    Crossing the Loire briges, ferries and fords along the river around the "Boucle d'Orléans" : crossing points of the loire from Cosme-sur-Loire to Chaumont-sur-Loire in medieval and post medieval periods


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 5 vol. (1745 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 590 ref.

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Bibliothèque Pierre Mendès France (Paris).
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Bibliothèque : Conservatoire national des arts et métiers (Paris). Bibliothèque Centrale.
  • Accessible pour le PEB
  • Cote : CDHT C 618

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université de Lille. Institut de recherches historiques du Septentrion. Bibliothèque.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MIC TH 2642
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.