Waka et construction navale : mobilisation de l'environnement et de la société chez les anciens Polynésiens : Approche ethno-archéologique

par Hélène Guiot

Thèse de doctorat en Préhistoire. Ethnologie. Anthropologie

Sous la direction de Yvette Taborin.

Soutenue en 1997

à Paris 1 .


  • Résumé

    Les chercheurs du domaine océanien ont perçu les bateaux des insulaires du pacifique comme le moyen de déplacement des populations anciennes qu'ils étudient. Or, avant d'être l'outil d'une société, le bateau est l'aboutissement d'un procès de production mise en oeuvre par cette même société dans le cadre de son domaine terrestre; le bateau est un matériau d'étude qui reflète les modes de vie et les comportements des sociétés, lorsqu'elles sont en mer surtout lorsqu'elles s'installent, vivent et se développent sur un territoire. Ce travail s'est orienté, dans une démarche ethno-archéologique, vers une étude technologique qui utilise la chaîne opératoire comme outil descriptif et analytique, afin d'exploiter le potentiel d'informations dont est porteur le Waka (terme adopté dans cette étude, qui désigne les embarcations proto-polynésiennes, à balancier ou à double coque) pour la compréhension des modes de vie de l'ancienne société polynésienne. Après avoir établi le procès opératoire de la construction d'un Waka à deux coques (Tipaerua) et d'un Waka à balancier (Va'a motu), à Tahiti, au moment du contact avec les européens, l'étude s'est élargie à un cadre géographique plus vaste, incluant des archipels de Polynésie occidentale et orientale. Cette démarche met en relief des questions d'ordre méthodologique ( limites d'une chaîne opératoire, définition de l'acte technique en Polynésie où le rituel est indissociable de l'action sur la matière). De plus, la construction du Waka, et le Waka lui-même, apparaît comme un fait social total. L'ancienne société polynésienne révèle une pratique efficace de l'agroforesterie et de la sylviculture, impliquant une connaissance intime de l'environnement végétal, et des croyances associées. La détermination de constantes synchroniques et diachroniques et la mise en évidence de la place fondamentale du Waka au sein des anciennes sociétés polynésiennes ouvrent de nouvelles voies de recherche archéologique, théorique ou de "terrain".

  • Titre traduit

    Waka and shipbuilding : mobilization of the ancient Polynesian society and its environment ethno-archaeological approach


  • Résumé

    Archaeologists of the oceanian area have perceived boats of islanders of the pacific as the way of displacement of ancient populations that they study. Now, before to be the instrument of a human society, the boat is the outcome of a production process brought into action by this society within the framework of its terrestrial area ; the boat is a subject of study that reflects ways of life and behaviors of societies, when they are at sea and especially when they settle, live and develop on a territory. This work has oriented, in an ethno-archaeological view, to a technological study that uses the operating process as analytic and descriptive way, so as to take advantage of the potential of information typical of the waka (term adopted in this study, that designates proto-polunesian -outrigger or double hulled- boats) for the comprehension of ways of life of the ancient polynesian society. After having established the operating process of the construction of a double hulled waka (tipaerua) and an outrigger one (va'a motu) of Tahiti, to the time of the contact with Europeans, the study has widened to a vaster geographical framework, including archipelagoes of oriental and western Polynesia. This approach puts in relief of questions of methodological order (limits of an operating process, definition of the technical act in Polynesia where the ritual is highly complementary of the action on the matter). More, the construction of the waka, and the waka itself, appears as a total social fact (defined by mauss). The ancient polynesian society reveals an efficient practice of the forestry and the forestry, implying an intimate knowledge with the vegetable environment, and beliefs associated. The determination of synchronic and diachronic constants and the obviousness of the fundamental part of the waka for the ancient polynesian society open new prospects for the theoretical and field archaeological research.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol.(560 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 538-560

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque Pierre Mendès France (Paris).
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Bibliothèque : Médiathèque du musée du quai Branly - Jacques Chirac.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : B 23961 v.2
  • Bibliothèque : Médiathèque du musée du quai Branly - Jacques Chirac.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : B 23961 v.1
  • Bibliothèque : Maison Asie-Pacifique (France). Fonds Asie. Fonds Pacifique/Océanie.
  • Non disponible pour le PEB

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TMC 6373
  • Bibliothèque : Médiathèque du musée du quai Branly - Jacques Chirac.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : MF-1645
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.