"comment se debarrasser d'antoine watteau" : une affaire de patronyme

par Diane Watteau

Thèse de doctorat en Art et archéologie

Sous la direction de Pierre Baqué.

Soutenue en 1997

à Paris 1 .


  • Résumé

    Je m'appelle diane watteau. Watteau, comme le celebre peintre jean-antoine watteau, et je fais de la peinture. Cette question du patronyme et de la filiation reelle m'entraine dans cet ecrit a realiser un meurtre fictif ou artistique de l'idole. Parallelement, les recherches sur la genese de ma pratique m'ont impose l'observation des rapports entre autobiographie et creation. Le postulat pose assimile tout acte artistique comme un acte autobiographique. Theorie et fiction, champs litteraires et artistiques se tressent dans une verite paradoxale, pour faire de ce texte un "gai savoir". Sept parties composent cette these. Nous nous interrogeons sur la depossession du genre de l'autoportrait par l'autobiographie dans les arts plastiques contemporains. Ma pratique et mon histoire seront un echantillon de cette transformation. Elle interprete, sur le mode "mineur", le reel par la fiction anges, courtisanes,parasols jusqu'au personnage d'electre sont autant de depropriations dans un dispositif narratif morcele et une experience du discontinu. Ainsi l'amour, entre eros et thanatos, en s'elaborant, devient mon processus createur. Deux journaux intimes, des considerations sur la vie et la mort, une correspondance epistolaire et un recit declinerons sur tous les modes, l'erotisme, l'intime, la question de la femme dans la creation. Ces genres litteraires autobiographiques feront de watteau et moi les heros d'une autre verite de l'histoire de l'art, autant qu'ils soutiendront que l'art est une metaphore. Mon travail et l'oeuvre de watteau sont, entre reel et ideal, des travaux negatifs du deuil des interviews de specialistes de watteau (sollers, rosenberg, michon, daive, un genealogiste) completeront ces projections privees, ces quasi-biographies, pour livrer les-leurs. De cette question patronymique, mon travail ne cessera de vouloir acceder au statut d'oeuvre.


  • Résumé

    My name is diane watteau. Watteau like the famous painter jean-antoine watteau and i am making paintings. The question of the surname and of the real conanguinity leads me, in this thesis, to realize a supposed or artistic murder of the idol. In a parallele direction, researches of the origin of my practice forced itself upon me the observation of the relation between autobiography and creation. My hypothesis assimilate all artistic act with an autobiographic act. Theory or fiction, litterary and artistic plait in a paradoxal truth to the text a "merry" knowledge. Our thesis is composed of 7 parts. W are asking about the dispossession of the selfportrait manner by the autobiography in the comtemporary plastic art. My practice and my history will be a sample of that transformation. It interprets, on a minor mode, the reality by the fiction from angels, courtisans, umbrellas to electre this is nothing better than renunciation in a broken narrative dispositive and an experience of discontinuity. Thus, love between eros and thanatos, as it builds on, becomes a creative processus. Two intimate diaries, thoughts on life and death, an epistolary correspondance and a narration will tell in all modes, the erotism, the intimate and the question of the woman in the creation. These autobiographic litterary manners will bring watteau and me to the state of hero of another thruth of teh history of art, as much as they will uphold that art is a metaphore. My work and the watteau's works are, between real and ideal,nagative representation of the mourning. Interviews of watteau's works specialists (sollers, rosenberg, michon, daive, a genealogist) will add to the private projections, this quasi-autobiography, to deliver their owns. From the surname question, my work will never forget its ultimate goal to access to the statute of works.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (354 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 469 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Panthéon-Sorbonne. Bibliothèque Pierre Mendès France.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TMC 6012
  • Bibliothèque : Institut national d'histoire de l'art. Collections Jacques Doucet (Paris). Bibliothèque.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : MFiche 223/2001
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.