Le cout du vote dans les choix publics

par RONAN CRESPEL

Thèse de doctorat en Sciences économiques

Sous la direction de JEAN DOMINIQUE LAFAY.

Soutenue en 1997

à Paris 1 .


  • Résumé

    L'analyse economique de la politique est nee de l'idee d'un electeur defendant son interet. Le vote permet de designer les institutions dirigeantes. Voter presente 2 grands types de cout : pour degager une coalition dirigeante et pour la maintenir. Une coalition emerge grace a l'expression des volontes. Le fait de voter est un paradoxe : pourquoi l'electeur vote-t-il alors que la probabilite que son vote change quelque chose est negligeable? le sens civique ou le regret minimax permettent une explication. Il faut y ajouter l'analyse du vote d'un point de vue d'equilibre general. L'hypothese de l'electeur median fut longtemps defendue comme facteur de decision. Sa preference coincide avec la production de biens publics. Dans les annees 70, la notion d'irrationalite de revelation des veritables preferences amene a la theorie du vote probabiliste. La constitution de la coalition dirigeante s'effectue apres l'obtention d'une taille suffisamment large pour assurer une marge de securite, et la realisation de logrollings (echanges de vote entre 2 coalitions en excluant une troisieme). Le seul cadre institutionnel concevable pour une coalition dirigeante est la democratie indirecte. Le deuxieme grand type de cout reside dans l'existence meme de la coalition dirigeante. La theorie des jeux permet d'analyser l'interaction des agents et la repartition des richesses. Pour se maintenir structuree la coalition dirigeante doit satisfaire ses agents suivant leur poids mutuel (groupes d'interet). En effet le montant de richesses alloue permet une stabilite, evitant une riposte. La coalition dirigeante doit aussi prendre en compte les interets de la minorite. Enfin la coalition majoritaire cherchera a se faire reelire. Pour cela d'apres nordhaus elle manipulerait la conjoncture macroeconomique en fin de mandat (diminution du chomage par l'inflation et inversement apres la reelection). La vie democratique est une lutte pour le pouvoir. Cette lutte entraine un double cout, de formation et de maintien de la coalition dirigeante. Mais l'existence de la democratie suppose des regles qui viennent les attenuer. Paradoxalement cette lutte par ses mecanismes diminue ses propres couts.

  • Titre traduit

    ˜the œcost of voting in public choices


  • Résumé

    Economic analysis of policy sprang from the concept a voter stands up for his interest. Vote allows to name ruling institutions. Voting presents 2 important types of costs. One to emerge a ruling institution and the second to allow its upholding. Coalition emerges by expression of wills. Voting is a paradox : why a voter votes when the probability of his vote cannot change anything. Civic duty or minimax regret can be an explanation. Vote must be analyse like a phenomenous of general equilibrium too. The hypothesis of median voter has been considered like a factor of decision for a long time. His preference corresponds with the production of public goods. In seventies, the idea of voter's under revelation of preferences brought round the theory of probabilistic voting. The constitution of ruling coalition carried out after the achievement of a size which is large enough to provide a safety margin, and realization of logrollings. Only an representative democracy is possible for a ruling coalition. The second type of cost is upholding of the coalition. Games theory allows to analyse voter's interactions and wealths repartition. The ruling coalition must satisfy its members in relation to their influence (interest groups) to remain structured. The distributed part of wealths allows stability, avoiding a riposte. The ruling coalition must take in consideration the interests of minority. Furthermore the ruling coalition will research its reelection. According to nordhaus it would manipulate the macroeconomic circumstances at the end of legislature (decrease in unemployment by inflation and conversely after the election). The democratic life is a competition for the power. This competition implies a double cost, a cost of formation and upholding of the ruling coalition. But the ruling coalition. But the existence of democracy supposes rules which decrease the costs. Paradoxically, this competition by its mechanisms decreases its own costs.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (283 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 120 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Panthéon-Sorbonne. Bibliothèque Pierre Mendès France.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Bibliothèque : Bibliothèque Cujas de droit et de sciences économiques (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : cujas
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.