Les compagnies de la propagation de la foi, des origines à la révocation de l'édit de Nantes (1632-1685) : étude d'un réseau d'associations fondé en France au temps de Louis XIII pour lutter contre l'hérésie

par Catherine Martin

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de Louis Châtellier.

Soutenue en 1997

à Nancy 2 .


  • Résumé

    La thèse a pour objet l'étude d'un réseau de compagnies de dévots, laïcs et ecclésiastiques, qui étaient vouées à la conversion des hérétiques. La première de ces compagnies de l'exaltation de la sainte croix fut fondée à Paris, en 1632, par le père Hyacinthe, capucin, proche du père Joseph. La compagnie de Paris utilisait essentiellement deux méthodes pour obtenir des conversions : la controverse avec les ministres protestants et l'hébergement temporaire des convertis dans des maisons de la propagation de la foi. La préparation de tous les membres de la compagnie aux controverses donnait à cette compagnie une dimension intellectuelle. Une compagnie des dames s'occupait plus particulièrement de la gestion des maisons. En 1647, une première filiale fut fondée à Grenoble. La compagnie de Paris étant progressivement entrée en sommeil dans les années 1650, le réseau s'est développé à partir de cette compagnie de Grenoble dans le sud-est de la France ainsi qu'en Avignon et en Savoie. Ces compagnies de province étaient dominées par les ecclésiastiques de haut rang, des membres des parlements et des dames de la noblesse. Ces compagnies de province ont, elles aussi créent des maisons de la propagation de la foi ou l'internement était rarement volontaire. L’idée de convaincre les protestants par les controverses et surtout les missions n'avait pas été totalement abandonnée. Cependant, au temps de Louis XIV les compagnies étaient surtout devenues les agents efficaces d'une politique qui visait à promouvoir une interprétation si restrictive de l'édit de Nantes qu'il en perdait toute signification. Cette étude montre que bien après la dissolution de la compagnie du Saint-Sacrement, il y avait en France un milieu dévot parfaitement organisé. Mais entre ces sociétés, qui n'avaient plus rien de secrètes, et la monarchie, les relations étaient désormais sans nuages.

  • Titre traduit

    The companies for the propagation of faith from their origins to the repeal of the edict of Nantes (1632-1685) : study of network of associations founded in france in the days of Louis XIII th. to fight against heresy


  • Résumé

    The purpose of the thesis is the study of a network of companies of devout laymen and clergymen dedicated to the conversion of heretics. The first of these companies of the exaltation of the holy cross was founded in Paris in 1632 by father Hyacinthe, a capuchin close to father Joseph. The Paris Company basically used two methods to achieve conversions: controversy with protestant ministers and the temporary accommodation of the converts in houses for the propagation of faith. Preparing all the members of the company for the controversies gave that company an intellectual dimension. A ladies company dealt more specifically with the management of the houses. In 1647 the firs branch was founded in Grenoble. The Paris Company having gradually become dormant in the 1650, the network develops from that Grenoble Company in the south-east of France as well as in Avignon and Savoie. These provincial companies were dominated by high-ranking clergymen, members of the parliaments and ladies of the nobility. These provincial companies also created houses for the propagation of faith where confinement was seldom voluntary. The notion of convincing the Protestants through the controversies and above all the missions had not been totally relinquished. Yet e in the time of Louis XIV th, these companies had primarily become efficient agents of a policy aimed at promoting such a restrictive interpretation of the edict of Nantes that it made it lose all significance. This study shows that long after the dissolution of the company of the blessed. Sacrament there existed a perfectly well-organized devout circle in France. But between these groups, which were no longer secret at all, and the monarchy, relationships from that time were untroubled.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 3 vol. (495 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. [485]-493

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Lorraine. Direction de la Documentation et de l'Edition. Bibliothèque universitaire Lettres et sciences humaines.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : LN 97/32
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.