Comportement en pépinière et en plantation d'un champignon ectomycorhizien Laccaria bicolor S238N inoculé sur épicéa (Picea abies) et Douglas (Pseudotsuga menziesii) : typage moléculaire de la souche introduite

par Céline Di Battista

Thèse de doctorat en Biologie végétale et forestière

Sous la direction de François Le Tacon.

Soutenue en 1997

à Nancy 1 , en partenariat avec Université Henri Poincaré Nancy 1. Faculté des sciences et techniques (autre partenaire) .


  • Résumé

    La croissance de plants de douglas et d'épicéa est nettement améliorée en pépinière par inoculation contrôlée avec la souche L. Bicolor S238N. Pour évaluer l'efficacité de cette souche en terme de compétitivité et de persistance après transplantation en forêt, nous avons déterminé par morphotypage et ribotypage son taux d'infection sur douglas et épicéa en pépinière puis sur des plantations d’âge diffèrent. Le polymorphisme des régions ITS et IGS1 de l'ADNr a été étudié par PCR/RFLP. L'identification L. Bicolor S238N au sein de populations fongiques complexes a nécessité une caractérisation précise de son polymorphisme à partir des séquences variables de l'ADNr. Plus d'une soixantaine d'espèces de champignons ectomycorhiziens a été analysée par ribotypage de l'ITS. Si le polymorphisme de l'ITS permet le ribotypage interspécifique des espèces testées, seul le polymorphisme d'IGS1 grâce à la présence d'un hétéroduplex, permet une discrimination spécifique de la souche introduite L. Bicolor S238N. Dans tous les essais analyses, L. Bicolor S238N ne semble pas être capable de se disséminer au-delà des parcelles dans lesquelles il a été introduit. En pépinière, une ou deux années après inoculation, les taux de mycorhization des plants de douglas et des boutures d'épicéa par L. Bicolor S238N sont de 80 à 90% par ribotypage et morphotypage. Après transplantation des boutures d'épicéa sur deux sites forestiers ou la compétition avec les souches locales ectomycorhiziennes est plus forte qu'en pépinière, le pourcentage de mycorhizes formés par L. Bicolor S238N chute rapidement à 4%. Ces mycorhizes sont répartis sur tout le système racinaire. Après transplantation des boutures de douglas sur un site récemment abandonne par l'agriculture, le pourcentage de mycorhizes formés par L. Bicolor S238N représente encore 45% des mycorhizes deux ans après transplantation. Le ribotypage apporte donc un supplément d'informations et diffère fortement du morphotypage rendu difficile par les conditions environnementales et l’âge des plants. Cependant, le ribotypage ne peut être exclusif puisque certaines espèces n'ont pu être ribotypées à partir de leurs mycorhizes. Ce travail démontré que le ribotypage peut être appliqué à l'étude du comportement de populations de souches fongiques introduites ou naturelles à partir des mycorhizes formées par celles-ci.

  • Titre traduit

    Monitoring persistence of an ectomycorrhizal fungus Laccaria bicolor S238N inoculated on Norway spruce and Douglas-fir by PCR typing


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol.(1215 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 239 références

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Lorraine (Villers-lès-Nancy, Meurthe-et-Moselle). Direction de la Documentation et de l'Edition - BU Sciences et Techniques.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.