Aménagement linguistique et développement en Guinée

par Jeannot Sâa Tinguiano

Thèse de doctorat en Sociolinguistique

Sous la direction de PIERRE DUMONT.

Soutenue en 1997

à Montpellier 3 .


  • Résumé

    La republique de guinee, a l'instar de la majorite des pays africains, est un pays ou coexistent une pluralite de langues nationales et de langues etrangeres. Toutes les etudes qui se sont penchees sur le probleme des langues denombrent plus d'une quinzaine de langues locales. Cette coexistence ne va pas sans consequences. Une analyse du statut et du corpus laisse voir un desequilibre notoire entre le francais et les langues guineennes. Le francais est la langue exclusive du pouvoir administratif, financier et economique, du pouvoir de l'ecrit : systeme scolaire, presse ecrite, correspondance, relations entre entreprises et avec l'administration, maitrise de la technologie moderne les langues nationales quant a elles sont reservees pour les communications inter-ethniques et sont tres peu sollicitees pour le developpement economique du pays. Le francais tel qu'il est pratique en guinee est empreint de particularites phonetiques, lexicales, syntaxiques qui dependent largement des langues locales qui sont les langues maternelles des guineens. Il apparait des lors necessaire d'envisager un amenagement des differentes langues dans le sens d'une convivialite entre le francais et les langues nationales. Un tel amenagement, pour etre efficace, devrait: - definir clairement les rapports entre le francais et les langues nationales ; - mettre davantage l'accent sur l'integration effective des langues nationales au niveau des principaux secteurs d'activites du pays, gage certain de leur promotion ; - eviter de faire la promotion de plusieurs langues a la fois comme ce fut le cas anterieurement. Dans cette optique, il me semble que les trois langues vehiculaires (maninka, soso, pular) devraient etre prioritaires compte tenu des atouts qu'elles presentent : nombre de locuteurs, vehicularisation, nombre de recherches deja effectuees sur chacune d'elles ; - enfin, eviter les improvisations cause de l'echec de la politique linguistique du regime de sekou toure.


  • Résumé

    The republic of guinea, following the example of most african countries, is a country where a plurality of national languages and foreing languages coexist. All the studies that looked into the problem of the languages contain more than fifteen or so local languages. This coexistence does not occur without consequences. A status and corpus analysis shows an obvious imbalance between french and guinean languages. French is a exclusive language of the administrative, financial and economic power, of the writing socities power : school system, news papers, correspondence, relations between companies and with the administration, command of the modern technology. The national languages are reserved inter communications and are very seldom resquested for the economic development of country. French as it is spoken in guinea is stamped with phonetic, lexical, syntactic particularities that highly depend on local languages which are guinean native tongues. It has been necessary to consider an arranging of the different languages to facilitate a social intreaction between french and nationallanguags. To be effective, such an arrangement would have to : - define clearly the connections between french and national languages ; - increase the accent on the effective integration of national languages in the country's main branches of industry, in order to guarantee their promotion ; - avoid the promotion of many languages at once as it was the case before. In this perspective, it seems to me that three langua franca (maninka, soso, pular) would have priority considering the advatages that they present : a good number of speakers for each, communication among the languages, and completed research projects on each of them ; - fanally, avoid improvisations caused of the linguistic politic failure of sekou toure's system.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (329 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire. Section Lettres.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TL 97.MON-32
  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire. Section Lettres.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.