Une approche économique de la gestion de l'eau d'irrigation : des instruments, de l'information et des acteurs

par Marielle Montginoul

Thèse de doctorat en Sciences économiques

Sous la direction de Jean-Marie Boisson.

Soutenue en 1997

à Montpellier 1 .


  • Pas de résumé disponible.

  • Titre traduit

    An economic approach on irrigation water management : instruments, information and actors


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    La recherche tente de déterminer la méthode à suivre pour identifier en fonction du contexte l'instrument de gestion de l'eau d'irrigation ou de la combinaison d'instruments optimale. Pour cela, elle s'appuie sur l'analyse de nombreux cas concrets : surtout au niveau français, mais aussi des pays en développement, comme le Pakistan, ou encore l'étude bibliographique de pays comme les Etats-Unis. Cette recherche a aussi mobilisé la théorie économique, abondante sur la tarification d'un bien public produit à rendements d'échelle croissants et sur l'information via la théorie de l'agence. La méthode proposée comporte plusieurs étapes. La première consiste a déterminer les acteurs-clé de la gestion de l'eau dans la zone analysée : schématiquement, l'Etat, le gestionnaire et les agriculteurs. Il faut alors identifier et hiérarchiser les objectifs de ces acteurs, en terme d'efficience, d'équité et de recouvrement des coûts de gestion du système. Des modèles de comportements doivent ensuite être élabores. Ils doivent intégrer les différents objectifs et les contraintes mais sans oublier le niveau d'information dont disposent les divers acteurs : ces derniers sont en effet opportunistes et profiteront de toute asymétrie d'information dans la gestion pour maximiser leur utilité individuelle, souvent au détriment du bien-être collectif dans un contexte de conflits d'usages. Ces modèles permettent de déterminer les réactions des différents acteurs face à la mise en place de divers instruments de gestion de l'eau comme la tarification, le quota ou le marché de l'eau. Enfin, les résultats obtenus doivent être comparés aux objectifs recherches pour déterminer l'instrument à adopter. De manière générale, la tarification permet une allocation de la ressource en indiquant aux différents usagers la rareté de l'eau mais aussi de recouvrir les charges supportées par le gestionnaire. Le quota est un instrument d'allocation autoritaire de la ressource et de ce fait peut facilement tenir compte de critères d'équité. Enfin, les marches de l'eau permettent une réallocation de la ressource lorsque l'allocation initiale n'a pas permis d'atteindre l'efficience. C'est pourquoi, du fait des différents objectifs qu'ils permettent d'atteindre, ces instruments, au lieu d'être concurrents peuvent être utilises simultanément.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (313 f.)

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université d'Aix-Marseille (Aix-en-Provence. Schuman). Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire de droit, science politique et économie.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TH 242
  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire. Section Droit, Science politique, Economique et Gestion.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : LTH 97 MON
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.