Essai sur la compréhension du concept d'ame

par Etienne Kambong Ntsowouya

Thèse de doctorat en Philosophie

Sous la direction de Marie Cariou.

Soutenue en 1997

à Lyon 3 .


  • Résumé

    Parler de l'ame - mot evite, refoule aujourd'hui - c'est mettre en jeu la specificite meme de l'homme. Il faut oser le reprendre sans honte ni peur, mais aussi sans desapproprier l'homme de son effort incessant pour son devenir. A quelle condition donc l'ame peut-elle etre comprise, reconnue dans la pensee et l'action historique de l'homme? la question est difficile a eclairer, mais il faut s'y affronter. Pour cela, mieux vaudrait eviter de comprendre l'homme sur l'horizon de la problematique dualiste, depasser les problematiques substantialiste, moniste ou du moi-personne psychosocial et renverser la problematique du sujet connaissant qui se porte vers l'objet connu; mieux vaudrait s'ouvrir a la problematique d'existence comme lieu de pertinence de toute realite humaine : dans l'acte d'exister, il y a comme une affirmation originelle de soi, un entetement a etre, une negativite, une presence. Celle-ci est principe d'unite et de connaissance de tout ce qui releve de l'homme. S'attacher a comprendre l'ame humaine est donc, d'une maniere obligee, le faire en terme d'existence, a partir de la prise en compte de tout ce qui est en jeu dans une existence humaine, car c'est d'une personne qu'il s'agit, un moi spirituel comme fonction de sens et de valeur : c'est par la facon particuliere dont il s'assume et assume le monde, solidairement a la facon dont les autres s'assument et assument le monde qu'il devient ce qu'il est : une personne. Dans l'existence, l'ame est cette venue a soi de la personne, cette tension interne de l'esprit et du corps qui fait de l'homme un etre humain dans l'effort incessant et contradictoire pour venir a sa propre humanite. Ce qui advient ainsi-perceptible dans des lieux d'emergence de la personne, ou, a chaque fois, c'est l'integralite d'un destin qui est en jeu-tient de l'enigme et du mystere de l'homme.


  • Résumé

    Talking about soul - today a word avoided and repressed - it is to throw in the specifity of man. One has to take it back, without shame nor fear, but also without depriving man of his permanent effort towards his own future. So, under which requirement could soul be understood, recognized in man's thought and historical action? the question is quite difficult to clarify but one must confront it. In this perspective, one had best avoid understanding man from the standpoint of dualistic problematics, go beyond the substantialist, monistic problematics or these of the psychosocial self-person, and rather reverse the problematics of the knowing subject focusing on the known object; one had best become aware of the problematics of existence, as a place of significance of every human reality : in the action of existing, there is like an original affirmation of the self, a persistance in being, a negativity, a presence. This last is principle of unity and principle of knowledge of all what falls within the province of man. Trying to understand human soul amounts to reasoning inevitably in terms of existence, by taking in account all what is at stake in a human existence, because the matter is a person, a spiritual self, as a function of sense and value : it is by the distinctive way he comes to terms with himself and assumes the world, jointly with the way the others come to terms with themselves and assume the world, that he becomes what he is : a person. Within existence, soul is this person coming to herself, this internal tension of mind and body which turns man into a human being, in his endless and conflicting effort to reach his own humanity. What then becomes, - that we detect in places of emergence of the person, where it is always the entirety of a destiny which is at stake, - is something of an enigma and of the mistery of man.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 303 f.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 285-303

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Jean Moulin. Service commun de la documentation.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.