L'eau dans le comtat Venaissin (vers 1580 - vers 1820) : contribution à l'étude des mutations politiques et sociales d'un "état"ecclésiastique à l'époque moderne

par Patrick Fournier

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de Jean-Pierre Gutton.

Soutenue en 1997

à Lyon 2 .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    Le Comtat Venaissin se caractérise par une maitrise de l'eau à la fois en ville et dans les campagnes dont témoignent la création du canal Saint-Julien au XIIe siècle et celle de l'aqueduc de Carpentras au XIVe siècle. Les progrès accomplis à l'époque moderne traduisent moins une mutation technique que l'émergence d'une sensibilité nouvelle. Le baroque marque profondément la province et renforce le rêve d'une eau abondante et pure mise à la portée de tous. Les réseaux d'adduction et les nombreuses fontaines construites entre 1680 et 1790 constituent la réalisation parfois laborieuse et décevante de ce rêve. Les débits sont abondants au XVIIIe siècle : les populations du Haut Comtat sont privilegiées par rapport à celles de beaucoup d'autres régions d'Europe. Mais les villes restent sales car la fabrication de fumier et les activités de tannerie exigent de grandes quantités d'eau stagnante. Dans le Bas Comtat, l'accroissement progressif des zones irriguées grâce à la construction de nouveaux canaux entraîne une mutation des paysages et une prospérite fondée sur les cultures de légumes, surtout des haricots, au moins à partir de 1650. Tous ces changements s'effectuent dans le cadre de communautés aux moyens limités, sans le soutien des autorités provinciales, et au prix d'un endettement massif. Ils sont le résultat d'une demande populaire relayée par l'action de consuls qui cherchent une reconnaissance sociale. Les tensions politiques sont particulièrement vives lorsqu'elles mettent aux prises élites urbaines et grands seigneurs. Ainsi autour de Cavaillon, la puissante famille d'Oppede échoue dans sa tentative de contrôler les irrigations et de maitriser l'aménagement de l'espace rural. Les enjeux sont internationaux puisque la souveraineté du Saint-Siège sur le Comtat semble menacée. L'histoire de l'eau en Comtat revèle donc les particularités sociales et politiques d'un petit "Etat" méridional.


  • Résumé

    The Comtat Venaissin is characterized by the control of water supplies both in cities and in the country; the creation of the St Julien canal in the 12th century and of the Carpentras aqueduc in the 14th century bear testimony to that. The progress made from the 16th to the early 19th century shows less a technical change than a rise of a brand new sensitivity. The baroque frame of mind has left a deep mark on the province and has strengthened the wish for plenty of pure available water for the inhabitants. The water supply networks and the numerous fountains built between 1680 and 1790 represent the sometimes painstaking and deceiving fulfilment of this dream. The supply of water was plentiful in the 18th century : the high comtat populations were priviledged compared to those of many other european countries. But the cities remained filthy as the making of manure and the tannery activities required big quantities of stagnant water. In the southern comtat, there was a progressive increase in the number of irrigated areas thanks to the building of new irrigation canals. This resulted in a change of the landscape scenery and in a prosperity based on the growing of vegetables, especially beans, at least from 1650 onwards. All these changes had taken place within a community with limited means, without the backing of provincial authorities and at the price of a massive increase of debt. They were the result of a popular demand that was taken up by the consuls who were looking for social recognition. Political tensions were particularly sharp when urban elites opposed the higher nobility. Thus, all around cavaillon, the powerful oppede family failed in their attempt to control irrigations and to master the equipping of rural areas. The stakes were of international importance as the pope's rule over the comtat seemed to be under threat. The story of water in the comtat venaissin thus reveals the social and political particularities of a southern "state within a state".

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 4 vol. (199 f., F.200-435, F.436-642, 166 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bilbiogr.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque :
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MIC TH 2261
  • Bibliothèque :
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.