Les fortifications de Lyon dans la première moitié du XIXe siècle : 1793-1858

par Madeleine Mettey-Bunevod

Thèse de doctorat en Histoire de l'art

Sous la direction de Dario Gamboni.

Soutenue en 1997

à Lyon 2 .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    Le premier tome comprend trois parties d'egale importance : il est accompagne d'un deuxieme tome de 90 planches legendees de photocopies en couleur. La premiere partie intitulee "rappels historiques" etudie, a un triple point de vue, le contexte dans lequel seront edifiees de nouvelles fortifications dans la premiere moitie du xixe siecle a lyon soit : l'evolution de l'armement de cette epoque : la situation sociale, economique et politique de l'agglomeration lyonnaise souvent troublee par des insurrections auxquelles les fortifications seront intimement melees : la structure des anciennes fortifications, dont le demantelement en 1793, du fait de l'intervention des armees de la convention, a laisse un terrain pratiquement vierge pour de nouvelles conceptions. La deuxieme partie intitulee "les forts detaches" etudie la ceinture de dix-huit ouvrages mis en place de 1830 a 1833 sur 26 km autour de la ville par le general baron hubert rohault de fleury (1779-1866) envoye a lyon avec le titre de directeur superieur des travaux de defense. La methode employee pour l'etude de ces ouvrages est celle de la morphologie et de la structure comparees. Elle montre les progres de l'architecture militaire de defense, principalement dans deux domaines privilegies que sont : l'abandon progressif de la fortification selon vauban (1633-1707), dont on reconnait encore les conceptions dans le vaste camp retranche de montessuy, pour celles de montalembert (1714-1800) qui preconisait notamment l'emploi de forts detaches ainsi que la protection de l'artillerie sous casemates dans des tours a canons; la recherche de nouvelles voies de communication, raccourcies, menant directement de la caserne aux emplacements de tir, recherche qui implique une refonte totale des architectures du fort. La troisieme partie intitulee "les batiments militaires" etudie l'architecture des casernes, des corps de garde, des poudrieres, des portes de ville ainsi que de la porte fortifiee sur le pont de la guillotiere en recherchant : les particularites techniques susceptibles de renforcer ces architectures : les deux courants principaux du siecle sur le decor de leurs facades : le neoclassicisme et le retour aumoyen age. La conclusion de ce travail repose pour l'essentiel sur le fait que les architectures militaires etudiees a lyon constituent pour l'epoque un cas particulier pour ne pas dire unique en euro

  • Titre traduit

    The fortifications of lyons in the first half of the nineteenth century (1793-1858) ( 2 volumes) 1. The text and the appendixes 2. The illustrations


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (300-[101] f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. (238 réf.). Notes bibliogr.

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Bibliothèque Diderot LARHRA (Lyon).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 1997 MET (1-2)

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Institut national d'histoire de l'art. Collections Jacques Doucet (Paris). Bibliothèque.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : MFiche 223/2107
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.