Les communistes de la Drôme : de l'euphorie de la Libération à la désillusion du printemps 1981

par Alain Chaffel

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de Yves Lequin.

Soutenue en 1997

à Lyon 2 .


  • Résumé

    Bastion du PCF à la Libération, la Drôme est devenue un maillon faible en 1981. Pendant ces quatre décennies, l'implantation géographique des adhérents et des électeurs communistes a changé, tout en conservant des caractéristiques originelles. S'appuyant à la Libération sur des noyaux fournis dans les régions rurales le PC s'est progressivement urbanisé, mais les densités communistes des zones rurales déshéritées ont constamment été supérieures. Le PC est resté un parti d'hommes adultes et actifs, issus des couches populaires. Les ouvriers ont toujours été les plus nombreux. Cependant, le poids des ouvriers et des paysans a diminué au profit des employés tandis qu'augmentait l'influence des couches moyennes dans lesquelles les enseignants se taillaient la part du lion. La féminisation du Parti a également progressé. Le contrôle du centre sur la désignation du Secrétaire fédéral et le rôle décisif de la Commission des candidatures pour le choix des membres du Comité fédéral, sont restés la règle. L'appareil a été systématiquement tenu en main par un noyau de cadres confirmés. Cependant, la nécessité de remplacer les anciens dirigeants par des éléments tout aussi fiables, s'est traduite par l'arrivée aux commandes d'enfants de militants. Le regard que les adhérents ont porté sur eux-mêmes, sur le Parti, sur la société et sur l'ensemble du monde, est resté relativement stable - à l'exception des années 1978-1981 - mais le communisme drômois n'a jamais été monolithique. L'implantation géographique, le sexe, la profession, l'année d'adhésion ou le milieu familial, ont déterminé plusieurs types de militants. Ce communisme local est-il dépourvu d'originalité ? Naturellement la réponse est double. Elle est positive si l'on ne considére que les grandes lignes de la politique du PCF ou les principaux aspects de la pratique militante. Elle est négative en revanche, si l'on s'intéresse à la sociologie et au comportement des adhérents.

  • Titre traduit

    The communists in the drome (department) : from the euphoria of the liberation to the disillusionment in the spring of 1981


  • Résumé

    Once a stronghold of the pcf (french communist party) at the liberation, the drome became a weak link in 1981. During four decades the communist members' and voters' geographical location changed while keeping some basic features. Relying on rural groups at the liberation the pcf gradually became more urban, but the communist density in underpriviledged rural areas was always higher. The pcf remained a party of working class male adults. The workers were always in greater numbers. However the impact of workers and farmers lessened in favour of employees, as the middle classes gained more influence, especially the teaching profession who took the lion's share. More women were entering the party too. The control from the centre as regards the appointment of the federal secretary and the key role played by the candidature commission in the choice of the members of the federal committee remained the rule. The machinery was consistently under the control of a group of seasoned leaders. Nevertheless the necessity to replace former leaders by other reliable elements resulted in handing over the controls to the militants' own children. The way members looked at themselves, at the party at society and the world at large hardly changed - except for the years 1978-1981 - but communism in the drome was never monolithic. The geographical location, the sex, the occupation, the year one joined the party or the family background shaped several types of militants. Is this local form of communism lacking in originality ? of course the answer is twofold. The answer is yes if one considers but the pcf main political lines or the principal aspects of militancy. The answer is no if one is interested in the members' behaviour and sociology.

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 1999 par L'Harmattan à Paris, Montréal

Les communistes de la Drôme de la Libération au printemps 1981 : de l'euphorie à la désillusion


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 3 vol. (730 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliographie f. 675-700. Notes bibliogr. Index. 185 ref.

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Science Po Lille-Bibliothèque.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 324.244 CHA
  • Bibliothèque : Science Po Lille-Bibliothèque.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 324.244 CHA
  • Bibliothèque : Science Po Lille-Bibliothèque.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 324.244 CHA
  • Bibliothèque : Bibliothèque Diderot LARHRA (Lyon).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 1997 CHA (1-3)
  • Bibliothèque : Fondation nationale des sciences politiques. Bibliothèque.
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Campus Condorcet (Aubervilliers). Grand Equipement Documentaire.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : T 893
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.

Consulter en bibliothèque

Cette thèse a donné lieu à une publication en 1999 par L'Harmattan à Paris, Montréal

Informations

  • Sous le titre : Les communistes de la Drôme de la Libération au printemps 1981 : de l'euphorie à la désillusion
  • Dans la collection : Chemins de la mémoire
  • Détails : 1 vol. (323 p.)
  • ISBN : 2-7384-8261-9
  • Annexes : Bibliographie p. [321]-323
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse\u00a0?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.